Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIE CARDIOVASCULAIRE : Les rides profondes du front, un marqueur de risque ?

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 5 jours
ESC Congress 2018
l’athérosclérose ou du durcissement des artères dû à la formation de plaques pourraient être à la base de cette association

Les rides profondes du front peuvent indiquer un risque plus élevé de mortalité cardiovasculaire révèle cette étude du CHU de Toulouse, présentée au Congrès 2018 de l’European Society of Cardiology (Munich). Cette conclusion pourrait offrir un moyen immédiat de détecter un risque cardiovasculaire élevé en soins primaires.

 

Alors que les facteurs de risque tels que l'hypercholestérolémie ou l'hypertension ne sont pas immédiatement perceptibles, les rides du front comme marqueur simple et visuel, offrent une possibilité juste en regardant le visage d’un patient, de suspecter le risque, d’orienter le patient vers des examens complémentaires et de lui apporter des conseils de mode de vie pour réduire son risque. Le risque de maladie cardiaque augmente au fur et à mesure que les personnes vieillissent, mais le mode de vie et les interventions médicales peuvent l’atténuer. Le défi reste d’identifier les patients à risque élevé suffisamment tôt pour faire la différence.

 

De précédentes recherches ont déjà regardé si différents signes visibles pouvaient prédire le développement d’une maladie cardiovasculaire. Un lien a ainsi déjà été détecté entre la calvitie masculine, les plis du lobe de l'oreille, le xanthélasma (poches de cholestérol sous la peau) et un risque plus élevé de maladie cardiaque, avec un risque accru de décès.

Les chercheurs français ont regardé si les rides horizontales du front pouvaient permettre d’évaluer le risque cardiovasculaire chez 3.200 adultes actifs en bonne santé, âgés de 32, 42, 52 et 62 ans au début de l'étude. Les participants ont été examinés par des médecins qui ont attribué des notes en fonction du nombre et de la profondeur des rides sur leur front. Un score de zéro correspondait à l’absence de rides, un score de 3 de nombreuses rides profondes. Les participants ont été suivis pendant 20 ans, au cours desquels 233 personnes sont décédées de causes diverses. Parmi les participants décédés, 15,2% avaient un score de rides de 2 ou 3, 6,6% un score de 1 et 2,1% n'avaient pas de rides. L’analyse montre une association positive entre le score de rides et le risque cardiovasculaire : ainsi, vs l’absence de rides,

  • un score de 1 est associé à un risque cardiovasculaire légèrement plus élevé,
  • un score de 2 ou 3 à un risque presque multiplié par 10 de décès, et cela après ajustement en fonction de l'âge, du sexe, de l'éducation, du tabagisme, de la tension artérielle, du diabète et des lipides.

 

 

Plus le score de rides est élevé, plus le risque de mortalité cardiovasculaire augmente : ainsi, si les rides du front ne sont pas un prédicteur plus performant que les méthodes existantes, telles que la pression artérielle et les profils lipidiques, ils peuvent permettre de suspecter le risque d'un simple coup d'œil et d’effectuer alors des examens complémentaires.

 

Quelle explication ? Si l’étude n’explique pas la relation, les chercheurs suggèrent que l’athérosclérose ou du durcissement des artères dû à la formation de plaques pourraient être à la base de cette association. Les changements dans les protéines de collagène et le stress oxydatif semblent également jouer un rôle à la fois dans l'athérosclérose et les rides. De plus, les vaisseaux sanguins du front sont si petits qu'ils peuvent être plus sensibles à la formation de plaques, ce qui pourrait être l'un des premiers signes du vieillissement des vaisseaux.

C'est la première fois qu'un lien est établi entre le risque cardiovasculaire et les rides du front, ces résultats devront donc être confirmés dans de prochaines études, conclut l’auteur principal, le Dr Esquirol.

Autres actualités sur le même thème

Pages