Actualités

MALADIE CARDIOVASCULAIRE : Pourquoi la supplémentation en calcium doit être évitée

Actualité publiée il y a 2 mois 6 jours 20 heures
Heart
L'étude alerte contre les risques d'une supplémentation en calcium, chez les patients atteints de calcification (sténose aortique) et à risque élevé de maladie cardiovasculaire (Visuel Fotolia 40979577).

Les suppléments de calcium liés à un décès précoce chez les patients âgés atteints d'une valvulopathie ou maladie des valves cardiaques, c’est la conclusion de cette équipe de cardiologues de l’Université de Vienne, qui alerte ainsi, dans la revue Heart, contre les risques de cette supplémentation, en particulier lorsqu’elle est continue et durable, chez les patients atteints de calcification (sténose aortique) et à risque élevé de maladie cardiovasculaire.

 

Les suppléments de calcium sont néanmoins fréquemment administrés aux personnes âgées -qui constituent le principal groupe à risque cardiovasculaire élevé- pour réduire le risque de fragilité osseuse (ostéoporose) et de fractures. Une telle supplémentation devrait être évitée chez les patients atteints de sténose de la valve aortique, une maladie progressive et mortelle, car ces suppléments semblent aggraver la maladie.

 

La sténose aortique se produit lorsque la valve aortique, la principale valve de sortie du cœur, se raidit et se rétrécit. La valve ne peut plus s'ouvrir complètement, ce qui réduit ou bloque le flux sanguin du cœur vers l'artère principale (aorte) et le reste du corps. Le seul traitement efficace est alors le remplacement de la valve défectueuse.

Une association calcium/maladie cardiovasculaire très discutée

L'association entre le calcium alimentaire et la supplémentation en calcium ou en vitamine D, et le risque de maladie cardiovasculaire et de décès est toujours débattue. Les preuves d’innocuité de ces supplémentations proviennent essentiellement d’études menées chez l’animal, précisent les chercheurs. L’équipe de Vienne a donc souhaité préciser l’impact potentiel ces suppléments sur les décès par maladies cardiovasculaires, les taux de remplacement de valve aortique et sur l’évolution de la prévalence de la sténose aortique chez les personnes âgées.

 

L’étude a suivi la santé cardiaque de 2.657 participants, âgés en moyenne de 74 ans, à 42% des femmes, présentant une sténose aortique légère à modérée entre 2008 et 2018 : la période moyenne de suivi était supérieure à 5,5 ans. Les participants ont été répartis en fonction de la prise ou pas d’une supplémentation. Les participants qui prenaient ces suppléments :

 

  • avaient tendance à souffrir de diabète et de maladie coronarienne vs ceux qui n’en prenaient pas ;
  • étaient également plus susceptibles de prendre des statines, de la warfarine et des chélateurs du phosphate pour limiter l'absorption du phosphore, d'avoir subi un pontage coronarien et d'avoir besoin d'une dialyse rénale ;
  • au cours du suivi, 20 % des participants sont décédés, dont 150 de cause cardiovasculaire ;
  • 30 % des participants ont subi un remplacement de la valve aortique ;
  • plus d'un tiers des participants et dans chacun des groupes ont développé une sténose aortique sévère après 5 ans ;
  • la supplémentation en vitamine D seule ne semble pas affecter la survie ;
  • la supplémentation en calcium + vitamine D s’avère associée à un risque significativement plus élevé (+ 31 %) de décès toutes causes confondues et à un risque multiplié par 2 de décès cardiovasculaire ;
  • la supplémentation en calcium + vitamine D s’avère associée à un risque accru de 48 % de remplacement de la valve aortique ;
  • la supplémentation en calcium seul est également associée à un risque accru de 24 % de décès toutes causes et à un risque multiplié par 3 de remplacement de la valve aortique ;
  • les risques de décès toutes causes et de causes cardiovasculaires sont également plus élevés chez les personnes prenant des suppléments de calcium et dont la valve aortique n'avait pas encore été remplacée.

 

Si cette étude observationnelle n’établit pas de relation de cause à effet, elle suggère très puissamment que les patients âgés souffrant de sténose aortique n’ont pas « intérêt » à prendre une supplémentation en calcium.

 

« La supplémentation en calcium ne confère aucun bénéfice cardiovasculaire », concluent les chercheurs, « et peut plutôt induire un risque global élevé de remplacement de valve aortique et de mortalité. Les médecins doivent donc repenser la prescription de ces suppléments de calcium contre l'ostéoporose, chez les personnes atteintes de maladies cardiaques ».

Autres actualités sur le même thème