Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉTABOLOMIQUE : Le test urinaire qui apprécie la qualité du régime alimentaire

Actualité publiée il y a 1 année 2 mois 4 semaines
Nature Food
Ce test pourrait même prédire, à partir de cette signature « métabolique », le risque d'obésité, de diabète et/ou d'hypertension artérielle (Visuel AdobeStock_123246503)

Ce test d'urine révèle la qualité de votre alimentation mais surtout si c’est « la meilleure solution pour votre corps ». C’est le développement d’une équipe britannique qui analyse, avec ce test, toute une série de métabolites dans les urines, des marqueurs objectifs de la qualité de l'alimentation. Les résultats, présentés dans la revue Nature Food, suggèrent que ce test pourrait même prédire, toujours à partir de cette signature « métabolique », le risque d'obésité, de diabète et/ou d'hypertension artérielle.

 

Au fil des recherches, le microbiote et le premier moyen de le réguler, l’alimentation, ont été de mieux en mieux documentés comme des facteurs clés de la santé physique et mentale. L’auteur principal, le Dr Joram Posma, du Département du métabolisme de l'Impérial College, confirme : « Le régime alimentaire est un contributeur clé à la santé et aux maladies humaines, bien qu'il soit notoirement difficile à mesurer avec précision car il repose sur la capacité d'un individu à se rappeler précisément sa prise alimentaire. Cette recherche révèle que l’analyse des métabolites « peut nous apporter une image objective de la qualité de l'alimentation d'une personne, et nous dire si son régime est adapté à sa composition biologique individuelle ».

Savoir si nous suivons le bon régime alimentaire ?

Les scientifiques de l’Imperial College London, de l'Université Northwestern, de l'Université de l'Illinois et de l'Université Murdoch ont testé à grande échelle, chez 1.848 participants, la précision de ce test d'urine qui évalue en 5 minutes la santé du régime alimentaire, par la mesure des niveaux de 46 métabolites. L’analyse révèle :

  • une association claire entre les niveaux de ces 46 métabolites dans l'urine et les types d'aliments ou de nutriments de l'alimentation ;
  • ainsi, certains métabolites s’avèrent corrélés à la consommation d'alcool, d'autres à la consommation d'agrumes, de fructose (sucre de fruit), de glucose, de vitamine C ou de calcium, d’autres enfin à l'apport alimentaire de viande rouge, ou de volaille ;
  • certains métabolites s’avèrent également liés à des problèmes de santé : certains niveaux élevés de composés comme le formiate et le sodium sont ainsi liés à l'obésité et à l'hypertension artérielle.

 

Des liens signifiants entre les apports et les métabolites urinaires : grâce à une mesure minutieuse de ces métabolites de l’urine excrétée sur 2 périodes de 24 heures, nous sommes en mesure de mieux comprendre comment nos régimes alimentaires affectent la santé. L’étude révèle en effet une signature à base de métabolites associée à un régime sain, adapté ou encore associé à un risque de problèmes de santé. Ainsi, le mélange de métabolites dans l'urine varie et est spécifique à une personne ou à l'autre.

 

Un test pour une nutrition de précision ? Une deuxième étude de la même équipe, publiée dans la même revue, confirme qu’un test basé sur ces données qui produit une sorte d’empreinte de l'urine d'un individu, pourrait permettre de mieux adapter le régime alimentaire à la composition biologique de cet individu. C'est ce qu'on appelle la « nutrition de précision », une nutrition qui saurait prendre en compte les informations cruciales sur la façon dont les aliments sont transformés par chaque personne. Des informations qui peuvent aider les professionnels de la santé tels que les nutritionnistes-diététiciens à apporter des conseils adaptés à chaque patient.

 

Le score de métabotype alimentaire s’avère en effet très différent selon les personnes et notamment selon les 19 participants à une expérience, qui les invitait à suivre 4 régimes alimentaires différents allant de très sain à malsain (selon les recommandations alimentaires de l'OMS). L'équipe constate que des participants qui suivent strictement le même régime ont pourtant des scores de métabotype alimentaire très différents. (Plus le score est élevé, plus l’alimentation est saine et adaptée).

L'étape suivante consistera à étudier comment ce test et cette empreinte à base de métabolites urinaires peuvent prédire les risques d’obésité, de diabète et d'hypertension artérielle.

 

En synthèse, ces travaux illustrent comment différentes personnes métabolisent les mêmes aliments de manière très "personnelle". Avec de nombreuses implications pour comprendre le développement des maladies liées à la nutrition.

Autres actualités sur le même thème