Vous recherchez une actualité
Actualités

NARCISSISME : Un rempart contre le stress et la dépression ?

Actualité publiée il y a 4 jours 14 heures 5 min
Personality and Individual Differences
Les sujets narcissiques pourraient être moins vulnérables aux psychopathologies

Le narcissisme peut réduire le niveau de stress et le risque de dépression, suggère cette étude de psychologues de l’Université Queen's à Belfast. Décrits ici comme des sujets plus susceptibles d’être « mentalement coriaces », les narcissiques pourraient en effet être moins vulnérables aux psychopathologies. Ainsi, si le narcissisme est plutôt perçu comme un trait de personnalité négatif, l’auteur principal, le Dr Kostas Papageorgiou de l'école de psychologie de Queen's, documente ici ses avantages, dans la revue Personality and Individual Differences.

 

Le narcissisme fait partie de la « triade noire » de la personnalité qui inclut également le machiavélisme et la psychopathie. Cette triade noire de la personnalité est généralement opposée au « mental » (ou mental toughness – MT). Le narcissisme se manifeste sous deux grandes formes, un « narcissisme vulnérable » caractérisé par une attitude défensive face à l’hostilité « des autres » et le "narcissisme grandiose", caractérisé par un ego surdimensionné et une obsession pour le statut et le pouvoir. L’auteur défend ici la théorie que les individus à personnalité de type « triade noire » adoptent un comportement risqué, ont une image supérieure et irréaliste d’eux-mêmes, une confiance en eux à toute épreuve, peu d’empathie pour les autres et ressentent donc rarement la honte ou la culpabilité. Le narcissicisme n'exclut donc pas, dans certains cas, un mental à toute épreuve.

Les sujets narcissiques « grandioses » sont moins vulnérables au stress social.

Cette théorie de moindre vulnérabilité sociale émane du constat qu’en dépit d’être un trait de « la triade noire » et donc profondément asocial et toxique, le narcissisme non seulement persiste mais serait même en augmentation dans nos sociétés modernes. D’un autre côté, cette force mentale conférée par le narcissisme pourrait aussi expliquer sa survie sociale.

3 études indépendantes portant chacune sur plus de 700 adultes soulignent cependant certains aspects positifs ou avantages du narcissisme, tels que la résilience face aux symptômes de la psychopathologie. Une des principales conclusions de la recherche est justement que le narcissisme grandiose augmente la force mentale et que ce « mental » permet de compenser les symptômes de la dépression. Plus simplement, ces études montrent que les personnes ayant un score élevé de narcissisme grandiose ressentent moins le stress et sont moins susceptibles de considérer leur vie comme stressante.

 

Des composantes positives associées au narcissisme ? Cette nouvelle approche de l’étude de la personnalité narcissique face aux psychopathologies souligne donc plutôt les composantes positives au niveau individuel d’un trait socialement toxique. L’auteur commente ainsi ses conclusions : « les résultats des études que nous avons menées montrent que le narcissisme grandiose est corrélé à des composantes très positives de l'endurance mentale, telles que la confiance en soi et l'orientation vers un objectif, la protection contre les symptômes de dépression et le stress perçu ».

 

Le narcissisme peut contribuer à expliquer les différences de vulnérabilité au stress : au-delà de mieux comprendre le sujet narcissique, l’étude contribue à expliquer la variation des symptômes de la dépression selon les individus. Un mental plus solide est plus susceptible de relever les défis de front, plutôt que de les considérer comme un obstacle.

 

Si le narcissisme reste un trait « sombre », sur le plan de la santé mentale il ne peut être classé comme « bon » ou « mauvais », et devrait être plutôt considéré comme un produit de l'évolution voire comme un mécanisme de défense. Une nouvelle manière de « voir les choses », plus positive, qui pourrait également contribuer à réduire la marginalisation des individus aux traits de personnalité plus sombres.

Peut-être même, suggère l’auteur dans son communiqué, faudrait-il en cultiver certaines manifestations ?

Autres actualités sur le même thème