Actualités

OBÉSITÉ et GROSSESSE : Adiposité de la mère, obésité de l’enfant

Actualité publiée il y a 4 mois 4 heures 16 min
The Lancet Diabetes & Endocrinology
Comment le métabolisme des graisses maternelles au début de la grossesse influence la croissance abdominale du fœtus puis le poids et l'adiposité de l'enfant à l'âge de 2 ans (Visuel Adobe Stock 493556518).

Alors que de nombreuses études ont largement démontré l’influence des facteurs de mode de vie de la mère -et plus largement même des parents- sur le métabolisme futur de l’Enfant, ces nouvelles recherches menées à l’Université d'Oxford décryptent comment le métabolisme des graisses maternelles au début de la grossesse influence la croissance abdominale du fœtus puis le poids et l'adiposité de l'enfant à l'âge de 2 ans. Ces observations, présentées dans le Lancet Diabetes & Endocrinology, doivent inciter les femmes en âge de concevoir à opter pour une bonne alimentation et le maintien du poids de santé.

 

Ainsi, alors que les multiples effets de l’obésité maternelle, néfastes pour la santé de l’Enfant plus tard dans la vie sont largement documentés, la recherche décrypte comment le métabolisme des graisses maternelles au début de la grossesse influent sur celui de l'enfant.

Une surveillance de la croissance de 3.500 fœtus in utero

L'étude qui a suivi 3.500 bébés et leurs mères, de 6 pays, du début de la grossesse à l'enfance, identifie, dès le 5e mois de grossesse, des schémas de croissance abdominale fœtale associés aux métabolites lipidiques maternels. Ces schémas apparaissent réguler la croissance, l'adiposité et le développement du nouveau-né jusqu'à l'enfance. Ces schémas de croissance fœtale sont également associés au flux sanguin et au transfert de nutriments par le placenta, ce qui confirme également l’interaction complexe entre la nutrition maternelle et fœtale au début de la grossesse, cette interaction mère-enfant influençant le poids de l’enfant, puis sa santé à l’âge adulte.

 

L'interaction complexe entre le métabolisme maternel et fœtal : pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont observé la croissance à l'intérieur de l'utérus de plus de 3.500 bébés conçus dans 6 pays (Brésil, Kenya, Pakistan, Afrique du Sud, Thaïlande et Royaume-Uni) à l'aide d'échographies fœtales réalisées en série, tout au long de la grossesse et ont analysé des échantillons de sang prélevés au début de la grossesse et de sang de cordon ombilical prélevé à la naissance. Les chercheurs ont ensuite suivi la croissance et le développement des nourrissons jusqu'à l'âge de 2 ans.

 

Ainsi, cette étude complète de précédentes recherches portant sur les trajectoires de croissance fœtale associées et les différents résultats physiologiques, développementaux, comportementaux à l’enfance puis plus tard dans la vie.

 

Chaque grossesse a été datée avec précision par échographie à moins de 14 semaines ; tous les bébés ont été scannés avec le même type d'échographe toutes les 5 semaines ; des spécialistes en échographie et en pédiatrie du monde entier ont été formés pour mesurer la croissance du fœtus et de l'enfant de manière standardisée en utilisant un équipement identique.

 

Des modèles distincts de croissance abdominale fœtale et de transfert placentaire -et des liens possibles avec la santé de l'enfant à plus long terme- sont ainsi identifiés : ainsi, alors que les 1.000 premiers jours de vie sont considérés comme essentiels pour les résultats de santé future, cette étude confirme que le métabolisme des lipides maternels au tout début de la grossesse et l'alimentation de la mère influencent déjà considérablement l'adiposité et le métabolisme de son enfant.

 

Ainsi, ce sont de nouvelles informations précieuses sur les origines biologiques de l'obésité infantile, qui pourraient contribuer à une identification plus précoce des nourrissons à risque d'obésité. On retiendra que la croissance de l'abdomen fœtal est bien influencée par les métabolites lipidiques sanguins de la mère très tôt dans la grossesse, ce qui détermine ensuite le poids et la graisse corporelle de l'enfant à l'âge de 2 ans.

Plus sur le Blog Obésité
Plus sur le Blog Pédiatrie

Autres actualités sur le même thème