Actualités

OBÉSITÉ : Il est temps de la traiter comme une vraie maladie

Actualité publiée il y a 3 mois 3 semaines 9 heures
Primary Health Care Research & Development
Vers des soins primaires de l'obésité, adaptés à tous et à chacun des patients en surpoids (Visuel Adobe Stock 202327579)

Vers des soins primaires de l'obésité, adaptés à tous et à chacun des patients en surpoids, c'est l'initiative de ces cliniciens du système de santé du Michigan. Ces  experts en obésité ont développé de nouveaux modèles de soins primaires qui combinent, aux changements de mode de vie, un accès accru aux médicaments de perte de poids et à la chirurgie bariatrique, ainsi que l'accès, pour les autres médecins à une formation médicale continue (FMC)  à la prise en charge de l’obésité. L'objectif, permettre à davantage de patients de lutter contre leur surpoids et réduire le risque de comorbidités. C’est la proposition et l’appel de cette équipe qui suggère que lorsqu’un patient atteint d’obésité, de diabète, d'hypertension artérielle ou d'arthrose se rend en consultation de soins primaires, il devrait systématiquement pouvoir bénéficier d’un traitement global, fondé sur les preuves médicales.

 

La prise en charge devrait être immédiate, mais également globale, comprenant des recommandations en matière de nutrition et de pratique de l’exercice, une prescription de médicaments, un premier bilan puis des mesures régulières des progrès- voire l’orientation vers une première consultation en vue d’une une intervention chirurgicale. Les auteurs soulignent que dans le cas de l'obésité, la prise en charge et la « réponse » du médecin sont souvent compliquées. « Et même pour ces médecins de soins primaires de la Michigan Medicine qui ont suivi une formation avancée en médecine de l'obésité ».

Vers une véritable médecine de l’obésité

Le concept ici défendu est bien celui d’une presque nouvelle « spécialité », la médecine de l’obésité, qui doit comprendre aussi la connaissance des modes de prise en charge des différentes thérapies par l’Assurance maladie : ainsi, l’assurance maladie exclut la plupart des médicaments contre l'obésité et la thérapie cognitivo-comportementale...

 

La détection ou le dépistage du surpoids et de l'obésité devraient également être « élargis », avec un contrôle plus régulier du poids et du tour de taille des patients, mêmes exempts de surpoids et d’obésité.

 

La prise en compte de l'obésité telle une maladie chronique, à part entière, et non seulement comme un facteur de risque de comorbidités s’impose, explique le Dr Griauzde, co-auteur et professeur à la Division de médecine générale de l’Université. « Nous devons éliminer la perception selon laquelle l'obésité est toujours et délibérément causée par des choix de mode de vie malsains. Nous savons maintenant que l'obésité est une maladie chronique causée par des changements métaboliques et hormonaux, avec des influences génétiques, du stress et des facteurs communautaires. Il est parfois nécessaire, pour traiter l’obésité, de combiner des médicaments et une intervention chirurgicale aux changements de mode de vie, comme pour le traitement du diabète ».

 

L’Assurance maladie doit aussi reconsidérer l’obésité comme une « vraie » pathologie. Cependant, aujourd’hui de nombre de médicaments, qui pourraient permettre une perte de 5 à 10% du poids corporel, ne sont pas pris en charge. Ainsi, aux Etats-Unis, l’Assurance Medicare ne couvre toujours pas ces médicaments pour les personnes de plus de 65 ans souffrant d'obésité.

 

L'absence de services de soins primaires spécialisés pour l'obésité reste un obstacle de taille. Les médecins de soins primaires sont censés traiter les patients obèses, mais manquent souvent des connaissances et du temps nécessaires pour le faire efficacement et de manière personnalisée. Aux Etats-Unis, il existe une certification spécifique cependant, et un petit nombre de médecins sont certifiés en médecine de l'obésité par l'American Board of Obesity Medicine et peuvent en tant qu’experts offrir un traitement personnalisé et efficace de l'obésité aux patients. Intégrer ces médecins certifiés dans les services et consultations de soins primaires va demander du temps.

 

Le concept de gestionnaire de poids dans le cadre d’un « weight navigation program » : l’objectif serait de former ou d’intégrer dans l'équipe de soins primaires un médecin expert formé à la prise en charge spécifique de l’obésité et qui puisse pour servir d'expert aux autres professionnels et de référents aux patients obèses. Ce programme, lancé fin 2020 au Michigan vise à combler les lacunes des services de soins primaires destinés aux patients obèses et à offrir des soins personnalisés qui utilisent les nombreuses ressources du système de santé pour la gestion du poids.

 

« Personne n'a examiné les soins de l'obésité au niveau du système de santé, alors que l’obésité est une véritable épidémie.

Il est temps de la traiter comme une maladie chronique à part entière ».

Autres actualités sur le même thème