Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ : le surpoids à l'adolescence fait aussi le risque de cancer colorectal

Actualité publiée il y a 2 années 2 mois 1 jour
Cancer
Un risque de cancer colorectal accru de 50 à 100% avec l'excès de poids à l'adolescence

Le surpoids à l'adolescence affecte le risque de cancer colorectal, conclut cette étude de l'Université de Tel Aviv (Israël) qui a suivi sur plus de 20 années près de 2 millions de participants. Ces données, présentées dans la revue Cancer, ajoutent bien évidemment aux préoccupations croissantes concernant l'impact du surpoids et de l'obésité chez les jeunes, sur leur risque de maladies chroniques plus tard dans la vie.

Les résultats, qui confirment ce lien entre l'obésité chez l'adolescent et risque de cancer colorectal, basés sur un très large échantillon et une longue durée de suivi viennent trancher des conclusions d’études jusque-là contradictoires. Comme l’expliquent les chercheurs : « Il s'agit d'une énorme cohorte avec un suivi minimum de 10 ans. C'est la plus grande étude jamais réalisée, à la fois chez des hommes et des femmes, et elle prouve l'importance de l'IMC à l'âge de 17 ans le risque de cancer plus tard dans la vie ».

 

L’équipe de Tel Aviv a en effet analysé les données d’examens de santé de 1.087.358 hommes et 707.212 femmes, dont les mesures d’indice de masse corporelle (IMC) calculées aux âges de 16 à 19 ans puis les participants ont été suivis durant une moyenne de 23 ans. Au cours de ce suivi, 2.967 nouveaux cas de cancer colorectal ont été identifiés, dont 1.977 chez les hommes (1.403cancers du côlon, 574 cancers du rectum) et 990 chez les femmes (764 et 226).

 

Une augmentation de 50 à 100% du risque en cas de surpoids à l’adolescence : L’analyse montre que le surpoids et l'obésité à l’adolescence sont associés à

-un risque accru de 53% et 54% de cancer du côlon chez les hommes et les femmes, respectivement.

-un risque accru de 71% et 100% de cancer du rectum chez les hommes et les femmes, respectivement.

La principale limitation de l'étude est la « jeunesse » de la cohorte, précisent les chercheurs, en raison de l'âge médian de de 49,4 ans au diagnostic du cancer colorectal. De plus les données sur l'alimentation, l'activité physique et le tabagisme n’ont pas été pris en compte comme facteurs de confusion possibles, tout comme les antécédents familiaux de cancer.

 

Cependant l’importance de l’échantillon et la force des associations suggère une très forte probabilité de l’impact du surpoids chez l’adulte jeune sur son risque de cancer colorectal plus tard dans la vie.

Autres actualités sur le même thème