Vous recherchez une actualité
Actualités

PARACÉTAMOL : Exposition prénatale et risques de TDAH et de TSA

Actualité publiée il y a 1 semaine 5 jours 13 heures
European Journal of Epidemiology
C'est une confirmation, sur un très large échantillon du risque accru de développement, à l’enfance, de trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et de trouble du spectre autistique (TSA), après exposition prénatale au paracétamol (Visuel Fotolia)

Cette équipe de pédiatres du Barcelona Institute for Global Health (ISGlobal) confirme ici, sur un très large échantillon, le risque accru de développement, à l’enfance, de trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et de trouble du spectre autistique (TSA), après exposition prénatale au paracétamol. Des effets précédemment documentés qui trouvent leur confirmation avec cette large méta-analyse publiée dans l’European Journal of Epidemiology.

 

Plusieurs recherches ont déjà alerté sur le lien entre une utilisation prolongée d'acétaminophène ou paracétamol pendant la grossesse et l'augmentation du risque de trouble du spectre autistique (TSA) et du trouble du déficit d’attention avec hyperactivité (TDAH) pour l’enfant.

 

Le paracétamol est l'un des médicaments les plus couramment utilisés pour le traitement de la douleur et la réduction de la fièvre pendant la grossesse et est considéré comme globalement sûr chez les humains. Le paracétamol est considéré comme l’analgésique / antipyrétique le plus sûr pour les femmes enceintes et les enfants. On estime que 46 à 56% des femmes enceintes l’utilisent à un moment donné de leur grossesse.

 

Cependant, si de plus en plus de données suggèrent les effets neuro-perturbateurs d’une exposition in utero, de nombreuses études sur le sujet restent critiquées pour leur hétérogénéité. Cette méta-analyse, menée sur un très large échantillon a harmonisé les données d‘exposition au médicament et l'évaluation des symptômes du TDAH et de TSA.

Un risque accru de 20% de TDAH ou TSA avec l’exposition prénatale au paracétamol

L’équipe de Barcelone a ainsi analysé les données d’exposition in utero de 73.881 enfants européens inscrits dans 6 cohortes européennes bien connues - Avon Longitudinal Study of Parents and Children (ALSPAC), Danish National Birth Cohort (DNBC), Gene and Environment: Prospective Study on Infancy in Italy (GASPII), Generation R Study, INMA (including four subcohorts), Mother-Child Cohort in Crete (RHEA)- L’analyse confirme le lien entre les symptômes du TDAH et des TSA et l'utilisation par les mères de paracétamol (acétaminophène) pendant la grossesse. Précisément,

 

  • 14% à 56% des mères ont déclaré avoir pris du paracétamol pendant leur grossesse ;
  • les enfants exposés au paracétamol avant leur naissance présentent un risque accru de 19% de symptômes de TSA et de 21% de symptômes de TDAH vs les enfants non exposés ;
  • l'exposition postnatale au paracétamol ne semble induire aucune augmentation du risque de trouble neurologique, mais les chercheurs appellent à de nouvelles recherches sur ce sujet.

 

En conclusion, souligne l’auteur principal, le Dr Sílvia Alemany, chercheur à ISGlobal : « l'exposition prénatale au paracétamol induit un risque accru de TDAH et de TSA plus tard dans l’enfance et affecte les garçons et les filles de la même manière ».

 

Compte tenu des preuves actuelles sur le lien entre l'utilisation du paracétamol et le développement neurologique, les auteurs confirment que si le paracétamol ne doit pas être exclu chez les femmes enceintes ou les enfants, le médicament doit être utilisé de manière prudente et appropriée.

Autres actualités sur le même thème