Vous recherchez une actualité
Actualités

PARODONTITE : Et si elle entraînait la polyarthrite rhumatoïde ?

Actualité publiée il y a 2 années 9 mois 3 semaines
Science Translational Medicine

La polyarthrite rhumatoïde liée à la maladie des gencives ou plutôt les bactéries responsables de la parodontite « capables » de déclencher la maladie articulaire auto-immune ? C’est bien ce que suggère cette étude : la polyarthrite rhumatoïde pourrait avoir une cause bactérienne et ces bactéries pourraient provenir de la bouche. Des conclusions présentées dans la revue Science Translational Medicine qui désignent même le responsable, la bactérie Aggregatibacter actinomycetemcomitans (Aα).

Les chercheurs de la Johns Hopkins University School of Medicine et d'autres instituts de recherche américains, et de l'Université Aarhus (Danemark) ont examiné le liquide buccal de patients atteints de parodontite, une maladie inflammatoire bactérienne des gencives. Ils constatent des niveaux élevés de protéines citrullinées -un type de protéines connu pour déclencher une réponse immunitaire chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde- et apportent des preuves qu'une bactérie, Aggregatibacter actinomycetemcomitans (Aα) est à l'origine de ces niveaux élevés de protéines citrullinées. Ces constatations ne signifient pas, bien évidemment que toutes les personnes souffrant de parodontite développent la polyarthrite rhumatoïde. Cependant elles concordent avec de précédentes études qui ont suggéré que les muqueuses comme celles des gencives, de l'intestin ou des poumons pourraient être à l'origine du processus de la maladie. En particulier, la parodontite a fréquemment été observée chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et pourrait être le début du processus inflammatoire auto-immune. L'arthrite rhumatoïde est en effet une maladie auto-immune où les cellules immunitaires du corps attaquent les articulations entraînant une inflammation, un gonflement, une douleur et une raideur. Cette étude de laboratoire recherché une cause bactérienne possible de la polyarthrite rhumatoïde à partir de prélèvements sanguins de 109 patients atteints de parodontite et de 100 témoins en bonne santé, exempts de parodontite. Des prélèvements de liquide buccal, et précisément de fluide créviculaire gingival (de l'espace entre les gencives et les dents) de 9 participants atteints de parodontite et de 8 témoins ont également été analysés. Enfin, des échantillons de sang et de liquide articulaire de 196 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ont également été analysés. Ces différentes analyses permettent de constater que le fluide buccal des personnes atteintes de parodontite reflète l'environnement inflammatoire de la polyarthrite rhumatoïde : en particulier, par des niveaux élevés de protéines citrullinées, « leurs » anticorps peptides citrullinés anti-cycliques (anti-CCP) étant, quant à eux, retrouvés à des niveaux élevés chez les patients atteints de polyarthrite. En revanche, les témoins présentaient des niveaux faibles de ces protéines dans leur liquide buccal. Aα déclencheur de l'auto-immunité dans la polyarthrite rhumatoïde : plusieurs groupes de bactéries peuvent causer ces niveaux de protéines citrullinées élevés, mais une seule espèce bactérienne, Aggregatibacter actinomycetemcomitans (Aα) se révèle ici comme le candidat le plus probable : Aa provoque une production élevée de protéines citrullinées dans un type particulier de globules blancs (neutrophiles), en produisant une toxine appelée leucotoxine A (LtxA). Cette toxine divise les cellules neutrophiles ouvertes qui libèrent des protéines citrullinées. Ces protéines citrullinées identifiées dans le liquide créviculaire gingival présentent un chevauchement marqué avec celles trouvées dans le liquide articulaire des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, avec 44 protéines en commun (sur 86). Bref, Aα apparaît ici comme un agent bactérien déclencheur de l'auto-immunité dans la polyarthrite rhumatoïde. Une origine bactérienne possible de la polyarthrite rhumatoïde, présente dans la parodontite est donc bien suggérée par ces travaux.

Autres actualités sur le même thème