Vous recherchez une actualité
Actualités

PHOBIES: L'exposition inconsciente aux stimuli, la meilleure des thérapies?

Actualité publiée il y a 2 années 9 mois 3 semaines
Human Brain Mapping

L'exposition rapide et inconsciente à des images ou stimuli phobiques est plus efficace pour réduire la peur qu’une exposition plus longue et consciente. C’est ce que démontre cette équipe du Children's Hospital de Los Angeles via l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) : les zones du cerveau impliquées dans le traitement de la peur sont beaucoup plus fortement activées par l'exposition inconsciente. Des conclusions publiées dans la revue Human Brain Mapping qui vont servir de base aux thérapies contre les troubles anxieux, et en ce qui concerne cette équipe, chez les enfants et les adolescents.

Alors que la « phobie » est souvent définie comme une peur irrationnelle, la plupart des stimuli qui produisent une réponse phobique ont une source évolutive, issue de la réalité, qui a induit au fil de l'évolution une réponse biologique. Les thérapies actuelles se sont donc basées sur la confrontation directe au stimulus phobique. Mais ces chercheurs qui traitent de troubles anxieux chez l'enfant et l'adolescent constatent un effet fréquent de cette confrontation réelle, une détresse émotionnelle significative. L'équipe propose donc, a contrario, de réguler les réponses émotionnelles et comportementales à la peur en réduisant l'expérience consciente de la peur.


L'exemple de l'arachnophobie : ici, les chercheurs exposent de différentes façons 21 jeunes participants phobiques et 21 non phobiques, tous jeunes adultes, à un stimulus commun, les araignées. Les participants sélectionnés sont des jeunes femmes parce que de précédentes recherches ont montré que 75 à 80% des personnes phobiques sont des femmes. Ces participantes ont été exposées à des images de fleurs (images témoins), des images d'araignées très rapidement afin que l'exposition reste inconsciente et plus longuement (exposition consciente). L'exposition très raide et inconsciente a été réalisée par « masquage arrière », une technique qui présente l'image cible (l'araignée) très brièvement puis une image non-cible ou "masque" qui empêche la reconnaissance consciente de la cible. L'expérience montre chez les participants atteints de phobie, que :

-une exposition très brève aux images d'araignée active fortement les régions sous-corticales impliquées dans le traitement immédiat de la peur. Cependant les participants « n'éprouvent pas » la peur consciemment, parce que ces expositions brèves activent aussi les zones du cerveau qui régulent la peur (Visuel ci-contre- colonne de droite).

-Une exposition consciente aux images d'araignée, en revanche, désactive ces zones du cerveau qui régulent la peur, ce qui induit une expérience consciente de la peur (colonne de gauche).

La conclusion est contre-intuitive mais claire, notre cerveau est mieux en mesure de traiter les stimuli phobiques lorsqu'ils sont présentés sans véritable conscience. Des résultats qui vont permettre à cette équipe, et à d'autres, de mieux prendre en charge les troubles phobiques.

6 February 2017 DOI: 10.1002/hbm.23533 Less is more: Neural activity during very brief and clearly visible exposure to phobic stimuli (Visuel@Bradley Peterson)

Lire aussi: PHOBIES: La récompense, la meilleure des thérapies ? -

Autres actualités sur le même thème