Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

POIDS de SANTÉ : Consommer 80 % des calories avant 13 H ?

Actualité publiée il y a 1 année 2 semaines 3 jours
ENDO 2023
Prendre ses repas plus tôt dans la journée, améliore la santé métabolique (Visuel Adobe Stock 290400934)

Prendre ses repas plus tôt dans la journée, améliore la santé métabolique, explique cette équipe de la NYU Langone Health / École de médecine NYU Grossman qui propose comme intervention diététique et lors du Congrès Endo 2023, un mode « d’alimentation précoce à durée limitée » (eTRF : Early time-restricted feeding) avec des effets très bénéfiques : l’eTRF améliore la glycémie et les marqueurs inflammatoires, et même en l'absence de perte de poids.

 

Consommer plus de calories quotidiennes plus tôt dans la journée, précisément 80 % des calories consommées avant 13 H, permettrait néanmoins de contrer la prise de poids, en plus de réduire les fluctuations de la glycémie et la durée pendant laquelle la glycémie est au-dessus des niveaux normaux.

 

« Ce type d'alimentation, par son effet sur la glycémie, peut empêcher les personnes atteintes de prédiabète ou d'obésité de progresser vers le diabète de type 2 », résume l'auteur principal, le Dr Joanne H. Bruno, chercheur en endocrinologie à NYU Langone Health.

Mieux qu'un jeûne intermittent ?

L’étude a évalué cette combinaison de jeûne intermittent et de chrononutrition, l'alimentation précoce à durée limitée (eTRF), donc limiter la prise alimentaire aux 8 premières heures de la journée vs un schéma d’alimentation « normal ». De précédentes études avaient déjà suggéré que cette forme de jeûne intermittent peut améliorer la santé cardiométabolique et la glycémie. Cependant, l'équipe a voulu préciser si ces améliorations étaient liées à la perte de poids ou à la stratégie de jeûne.

 

Les chercheurs ont donc comparé l'eTRF (80 % des calories consommées avant 13 h) à un schéma d'alimentation habituel (50 % des calories consommées après 16 h) chez 10 participants atteints de prédiabète et d'obésité. Les 2 groupes ont été inversés au bout de 8 jours. Les aliments étaient fournis aux participants qui ont été équipés de moniteurs de glycémie (glycémie) en continu tout au long de l'étude. L’analyse confirme les effets d'une alimentation précoce à durée limitée sur la glycémie et l'inflammation, indépendamment de la perte de poids :

 

  • la durée des niveaux élevés de sucre dans le sang est réduite, avec seulement une semaine d’eTRF : l'alimentation précoce limitée dans le temps a entraîné une diminution de l'amplitude moyenne de l'excursion glycémique et une diminution du temps au-dessus de la plage (glycémie > 140 mg/dL) par rapport aux habitudes alimentaires habituelles ;
  • consommer la majorité de ses calories plus tôt dans la journée améliore ainsi la santé métabolique ;
  • le poids des participants est resté stable tout au long de l'étude.

 

Si l'eTRF semble donc une stratégie diététique prometteuse pour la prévention du diabète et le maintien d’un poids de santé, il reste à confirmer ces bénéfices sur un échantillon bien plus large de patients. Ces données ne surprennent pas, alors que l'alimentation est en phase avec 'l'horloge" ou la plage de début d'activité de la journée, cependant il s'agira tout de même de valider que l'eTRF "fait mieux" que les autres types de jeunes intermittents limités dans le temps.


Plus sur le Blog Diabète
Plus sur le Blog Nutrition

Autres actualités sur le même thème