Vous recherchez une actualité
Actualités

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : Des cellules souches smart et thérapeutiques

Actualité publiée il y a 1 semaine 1 jour 17 heures
Science Advances
Traiter la polyarthrite rhumatoïde avec des cellules implantées « SMART » qui libèrent automatiquement et seulement un médicament biologique en réponse à l'inflammation (Visuel Adobe Stock 135057651)

Traiter la polyarthrite rhumatoïde (PR) avec des cellules implantées « SMART » qui libèrent automatiquement et seulement un médicament biologique en réponse à l'inflammation, c’est le concept de ces chercheurs de la Washington University School of Medicine qui travaillent à développer des thérapies intelligentes contre la PR. Intelligentes car ciblées et n'entraînant que des effets secondaires minimes. Ces travaux, publiés dans la revue Science Advances, illustrent une nouvelle application prometteuse des techniques d’édition du génome, avec de nouvelles thérapies cellulaires prometteuses contre la PR.

 

L’étude montre, chez la souris modèle de polyarthrite rhumatoïde, que les cellules modifiées ont réduit l'inflammation et empêché l'érosion osseuse. L’auteur principal, le Dr Farshid Guilak, professeur de chirurgie orthopédique rappelle que les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde sont le plus souvent traités par injections ou par perfusions de médicaments biologiques anti-inflammatoires, mais avec, le plus souvent, des effets secondaires sévères lorsque la durée de traitement ou la dose sont élevées.

L’édition du génome reprogramme les cellules souches en cellules cartilagineuses SMART

Les chercheurs utilisent la technologie d'édition du génome CRISPR-Cas9 pour fabriquer des cellules qui sécrètent un médicament biologique en réponse à l'inflammation. Les chercheurs créent ainsi à partir de cellules souches un petit implant cartilagineux, qu’ils placent ici chez la souris. L'approche permet aux cellules de rester longtemps dans le corps et de libérer le médicament à chaque poussée inflammatoire. L’étude préclinique montre que le médicament réduit l'inflammation dans les articulations en se liant à l'interleukine-1 (IL-1), une substance qui exacerbe souvent l'inflammation dans l'arthrite. Ici, le constat, réalisé à l’aide de techniques d'imagerie permettant d’examiner avec précision, les os des animaux, confirme que l’approche permet bien de stopper l'érosion.

 

La piste des échafaudages de cellules souches génétiquement modifiées :

  1. plusieurs équipes travaillent à ces échafaudages, qui sont implantés dans les articulations pour former du cartilage. La stratégie permet aux chercheurs d'implanter les cellules cartilagineuses modifiées de manière à ce qu'elles restent sur le site durant plusieurs jours puis se développent pendant des mois voire plus afin de reconstituer le cartilage lésé ;
  2. sur ces échafaudages, viennent s’intégrer des cellules cartilagineuses SMART ((Stem cells Modified for Autonomous Regenerative Therapy) des cellules « formatées » par la technologie CRISPR-Cas9 qui modifie leurs gènes de sorte que lorsque les gènes du cartilage sont activés par l'inflammation, ces cellules sécrètent des médicaments en réponse.

 

Cette combinaison de 2 technologies constitue ainsi un traitement très prometteur contre la polyarthrite rhumatoïde.

 

« Les cellules restent sous la peau ou dans une articulation pendant des mois,

et lorsqu'elles détectent un environnement inflammatoire, elles libèrent le médicament biologique ».

 

L’action de ce traitement est relativement comparable à celle de l’immunosuppresseur anakinra (Kineret), qui se lie à l'IL-1 et bloque son activité. Un médicament qui n'est pas utilisé fréquemment pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, car il a une courte demi-vie et ne persiste pas longtemps dans le corps.

 

« Bien que les produits biologiques aient révolutionné le traitement de l'arthrite inflammatoire, l'administration continue de ces médicaments entraîne souvent des événements indésirables, notamment un risque accru d'infection. Le concept qui consiste à fournir ces médicaments essentiellement à la demande en réponse aux poussées d'arthrite est extrêmement attrayant, car il permet de limiter considérablement les effets indésirables ».

Autres actualités sur le même thème