Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHO : Tout ce qu’un sourire peut dire est dans le zygomatique

Actualité publiée il y a 2 années 6 mois 3 semaines
Psychological Science
3 expressions majeures du sourire...

Amour, sympathie ou puissance, un sourire peut avoir de multiples significations. Ces chercheurs de l’Université du Wisconsin-Madison décryptent cette expression finalement complexe, associée à de multiples émotions et outil à part entière d’interaction sociale. L’étude, présentée dans la revue Psychological Science, décrypte en fin de compte 3 modèles majeurs de mouvements musculaires qui permettent d’afficher 3 types d’expressions distinctes.

Le sourire « faux » qui intervient lorsqu’on n’est pas heureux est un bon exemple, et même extrême, du très large spectre d’expressions possibles associées au sourire, explique Paula Niedenthal, professeur de psychologie à l'Université De Wisconsin-Madison : « les gens sourient dans des circonstances et dans des états émotionnels très différents". Affirmer que le sourire est l’expression du bonheur serait ainsi très réducteur.

 

L’équipe de l'Université de Cardiff avec des collègues de l'Université de Glasgow ont mené une série d’expériences pour mieux comprendre le sourire humain. Finalement, ils « dégagent » 3 expressions fréquentes, distinctes et reconnaissables de manière fiable : le sourire lié à la récompense, le sourire d’affiliation ou d’affection et le sourire de domination. Enfin, les chercheurs décrivent les combinaisons musculaires faciales qui forment ces différents types de sourire.

Les chercheurs ont examiné des milliers d'expressions générées par ordinateur avec des combinaisons aléatoires de muscles faciaux activés, dont systématiquement le zygomaticus ou « muscle du sourire », un faisceau de muscle situé sous les pommettes qui « tire les coins de la bouche ». 3 grandes expressions ressortent associées à ces milliers de sourire, la récompense, l’affiliation ou la domination.

 

Le « sourire de récompense » est probablement le plus intuitif, c’est le genre de sourire que l’on adresse à un bébé, qui va sourire en réponse. Ce sourire repose sur une action symétrique des muscles zygomaticus avec un léger « relevé » de sourcils et un mouvement du centre des lèvres vers l’avant.

 

Le sourire affectueux qui communique une expression de tolérance, de reconnaissance ou de lien (affiliation), et montre également l’absence d’agressivité ou de menace, repose lui-aussi sur une action symétrique du muscle zygomatique, avec des lèvres étirées plus largement, plus minces, fermées et ne montrant pas les dents.

 

Le sourire de domination cache son jeu : il est utilisé pour réaffirmer son statut, sa hiérarchie sociale, sa puissance ou sa condescendance. Il se dispense de symétrie, s’accompagne d’un haussement de sourcils lui-aussi fréquemment asymétrique avec des pommettes vers le haut du visage.

Bref, le sourire est un outil de communication à part entière qui s’est enrichi au fil de l’évolution et recouvre aujourd’hui tout un spectre de significations, du type « Merci, j'aime ça » ou « Ne t’inquiète- pas » ou encore « ici, c’est moi qui commande ».

En décryptant ainsi ces différents sourires, les chercheurs apportent un outil de décryptage des interactions humaines mais pas seulement. Ils sensibilisent à l’importance de la forme du sourire aussi en cas de chirurgie de reconstruction ou esthétique.

Autres actualités sur le même thème