Vous recherchez une actualité
Actualités

RISQUE CARDIAQUE : 7 facteurs majeurs pour le prédire

Actualité publiée il y a 8 mois 1 semaine 6 jours
JAMA Network Open
7 facteurs ou mesures clés permettent de prévoir le risque futur de maladie cardiaque

7 facteurs ou mesures clés permettent de prévoir le risque futur de maladie cardiaque, selon ce modèle développé par une équipe de la Penn State. L’équipe identifie ici 5 modèles de performances positives ou négatives de ces 7 facteurs au fil du temps. Ces mêmes modèles permettent de prédire le risque futur de MCV des participants.

 

Plus simplement, les personnes qui obtiennent systématiquement de bons résultats sur ces 7 items ont un risque moindre de maladie cardiovasculaire. Autre résultat encourageant, l'amélioration de ces paramètres au fil du temps est associée à une réduction du risque de MCV dans le futur. L’auteur principal, le Dr Xiang Gao, professeur agrégé en sciences de la nutrition et son équipe confirment ainsi que chacun, par son mode de vie, peut influencer de manière significative son risque de MCV.

 

De nombreuses personnes ont une santé cardiaque sous-optimale

C’est la seconde conclusion importante de l’étude qui suggère qu’au niveau de la Santé publique mondiale, l’adoption de comportements plus sains permettrait de réduire considérablement le fardeau des MCV. « Si la plupart des gens ne respectent pas ces 7 mesures, nous pouvons travailler à les améliorer et ainsi, réduire le risque futur de MCV ».

 

7 paramètres clés ont déjà été établis par l'American Heart Association comme étant les prédicteurs les plus importants de la santé cardiaque. Ils comprennent 4 comportements contrôlable ou adoptable par chacun et 3 paramètres biométriques qui doivent être maintenus à des niveaux sains. Les comportements modifiables incluent :

  1. l’absence de tabagisme,
  2. le maintien d’un poids de santé,
  3. une alimentation saine,
  4. la pratique régulière d’une activité physique.

Les données biométriques sont :

  1. la pression artérielle,
  2. le cholestérol
  3. et la glycémie.

 

 

7 items, 1 score de santé cardiovasculaire : à chacun de ces 7 items peut être attribué un score faible (0), intermédiaire (1) ou idéal (2). Par exemple, fumer régulièrement serait considéré comme « faible », fumer au cours des 12 derniers mois serait « intermédiaire » et ne jamais avoir fumé ou avoir cessé de fumer il y a plus d'un an serait « idéal ». La combinaison du score pour les sept paramètres donne le score de santé cardiovasculaire.  

 

Quel score en population générale ? Les chercheurs ont utilisé les données de 74.701 adultes suivis durant 5 ans pour les données de santé et les nouveaux cas de MCV. Ils identifient alors 5 modèles distincts - ou trajectoires suivies par les participants. Ces trajectoires comprennent :

  • le maintien du score, à un niveau élevé, moyen ou faible,
  • l'augmentation ou la diminution du score au fil du temps.

Ces différentes trajectoires s’avèrent associées à différents niveaux de risque de développement de MCV plus tard dans la vie.

Précisément, dans cette étude,

  • environ 19% des participants ont pu maintenir un bon score de santé cardiovasculaire au cours des 4 années de suivi et ces personnes bénéficient d’une réduction de 70% du risque de développer une maladie cardiaque, un AVC ou un infarctus du myocarde, plus tard dans la vie.
  • l'amélioration du score de santé cardiovasculaire au fil du temps affecte positivement le risque futur de MCV, même pour les personnes dont l'état de santé cardiovasculaire était médiocre au début de l'étude ;
  • les différents items ou mesures de santé ont la même importance ou le même poids dans le score de risque global.

 

 

Les chercheurs rapportent que seulement 2% des habitants des États-Unis et des autres pays riches répondent à toutes les « exigences ». La question se pose donc de savoir si l'amélioration de ces paramètres pourrait, à l’échelle de la Santé publique, réduire le fardeau lié aux MCV.

La réponse est que ces paramètres sont « valables et constituent un outil très utile pour renforcer les stratégies basées sur le mode de vie pour mieux prévenir le risque de maladies cardiovasculaires ».

Autres actualités sur le même thème