Actualités

RISQUE CARDIOVASCULAIRE : Réduction des triglycérides, peu d'impact ?

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 1 jour
NEJM
La réduction des triglycérides ne semble avoir aucun effet significatif de réduction des événements cardiovasculaires (Visuel Adobe Stock 111046439)

L’essai menée par une équipe du Brigham and Women's Hospital(BWH) démontre qu’une réduction des triglycérides n’a aucun effet significatif de réduction des événements cardiovasculaires, crise cardiaque, accident vasculaire cérébral ou décès de cause cardiovasculaire. Ces conclusions publiées dans le New England Journal of Medicine (NEJM) et présentées lors de la Réunion annuelle scientifique de l'American Heart Association sont qualifiées par les auteurs-mêmes de « déroutantes et importantes sur le plan clinique ».

 

Déroutantes, car les niveaux de triglycérides sont régulièrement mesurés dans le cadre du suivi de cardiologie et la réduction des triglycérides avec plusieurs classes de médicaments est une pratique médicale courante.

 

Cet essai randomisé majeur qui a porté précisément sur le médicament pémafibrate qui abaisse les niveaux de triglycérides, n’identifie en effet aucune réduction des événements cardiovasculaires chez ces patients suivis en moyenne durant 5 ans. Le médicament a cependant permis une réduction des triglycérides moyenne de 26% vs placebo.

L’auteur principal, le Dr Aruna Pradhan, du département de médecine cardiovasculaire du BWH confirme l’efficacité du médicament à réduire les triglycérides et le cholestérol résiduel, mais relève :

« nous n’observons aucune preuve d'une réduction du risque d’événements cliniques sévères ».

Le pémafibrate est un agoniste de PPARα. Ces médicaments réduisent le niveau de triglycérides dans le sang par plusieurs mécanismes. Le pémafibrate, développé par Kowa Company, Ltd en tant que modulateur sélectif de PPARα (SPPARMα), est autorisé au Japon et dans certains autres pays asiatiques ; les fibrates conventionnels tels que le fénofibrate sont approuvés pour une utilisation dans le monde entier, y compris aux États-Unis.

 

« PROMINENT » est le nom de cet essai, soutenu justement par le Laboratoire Kowa Research Institute, Inc., et mené auprès de 10.497 patients atteints de diabète de type 2, présentant une augmentation des taux de triglycérides et de faibles taux de cholestérol HDL (« bon cholestérol »). Son critère d'évaluation principal est l’incidence des événements cardiovasculaires (crise cardiaque, AVC, nécessité d'un pontage coronarien ou d'une angioplastie, décès de cause cardiovasculaire). Ce critère est recensé :

 

  • chez 572 participants assignés au hasard au traitement par pémafibrate ;
  • chez 560 participants ayant reçu le placebo ;
  • aucune différence statistique n’est ainsi relevée entre les groupes ;
  • au-delà, le médicament a été généralement bien toléré et apparaît efficace à réduire les taux de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD ou foie gras non alcoolique), une condition fréquente chez les personnes atteintes de diabète et d'obésité.

 

Ces résultats d’efficacité du pémafibrate vs NAFLD vont devoir être répliqués et confirmés par d’autres études. Des essais cliniques sont d’ailleurs déjà en cours.

Cependant, contrairement à de précédentes études, l’essai PROMINENT remet clairement en question l'utilité de la réduction des triglycérides dans la prise en charge des patients à risque de maladie cardiaque. En 2020, les résultats de l'essai STRENGTH mené sur les effets des acides gras oméga-3 avait déjà montré qu’une réduction d'environ 20 % des niveaux de triglycérides était sans bénéfice sur le risque d’événements cardiovasculaires.

Autres actualités sur le même thème