Actualités

SÉDENTARITÉ : 4 heures d’écran et le risque de caillots devient imminent

Actualité publiée il y a 7 mois 3 semaines 5 jours
European Journal of Preventive Cardiology
La station assise prolongée, le temps d’écran excessif, plus généralement la sédentarité sont autant de facteurs de nos modes de vie modernes aujourd’hui solidement documentés comme associés aux risques de troubles métaboliques et cardiovasculaires (Visuel Adobe Stock 230186064)

La station assise prolongée, le temps d’écran excessif, plus généralement la sédentarité sont autant de facteurs de nos modes de vie modernes aujourd’hui solidement documentés comme associés aux risques de troubles métaboliques et cardiovasculaires. Cette équipe de l’Université de Bristol a fait le calcul : regarder la télévision pendant 4 heures par jour c’est un risque accru de 35% de caillots sanguins (par rapport à un temps d’écran de moins de 2,5 heures). Des données marquantes, publiées dans l’European Journal of Preventive Cardiology, qui incitent à faire régulièrement des pauses et un petit tour, pour éviter le risque de caillots sanguins.  

 

« Car la pratique même régulière de l'activité physique n'élimine pas totalement cette augmentation du risque de thrombose en cas de station prolongée devant l’écran ou la télévision », alerte l'auteur principal, le Dr Setor Kunutsor de l'Université de Bristol (UK). « Vous devez faire des pauses, vous tenir debout et vous étirer toutes les 30 minutes. Vous pouvez également utiliser un vélo stationnaire. Enfin, évitez de combiner la télévision avec des collations malsaines ! ».

 

Rester assis, un facteur de thromboembolie

L'étude réexamine ici l'association entre l'écoute de la télévision et la thromboembolie veineuse (TEV), qui comprend l'embolie pulmonaire (caillot sanguin dans les poumons) et la thrombose veineuse profonde (caillot sanguin dans une veine profonde, généralement dans les jambes, mais qui peut se déplacer vers les poumons et provoquer une embolie pulmonaire). Il s’agit précisément d’une revue systématique et d’une méta-analyse de 3 études portant sur un total de 131.421 participants âgés de 40 ans et plus sans TEV préexistant.

 

Le temps passé à regarder la télévision a été évalué par questionnaire et les participants ont été classés en téléspectateurs « prolongés » (>4 heures/ jour) et téléspectateurs ne regardant jamais/rarement la télévision (<2,5 heures/ jour).

La durée moyenne de suivi dans les 3 études variait de 5,1 à 19,8 ans ;

au cours de la période de suivi, 964 participants ont développé une TEV.

L’analyse conclut que :

 

  • regarder la télévision de manière « prolongée » est associé à un risque accru de 35 % de TEV vs jamais/rarement ;
  • cette association était indépendante de l'âge, du sexe, de l'indice de masse corporelle (IMC) et de l'activité physique ;
  • les 3 études après ajustement pour ces facteurs de confusion possibles, montrent cette forte association entre un temps prolongé de télévision et le risque de TEV ;

 

En résumé, quels que soient l'activité physique pratiquée, l’IMC, l’âge et le sexe du sujet, regarder la télévision (ou d'autres écrans) pendant de nombreuses heures induit un risque élevé de développement de caillots sanguins. S’il s’agit d’un résultat d’observation (association) et non de relation de cause à effet, l’immobilisation reste clairement un facteur de risque de TEV.

 

« Limiter le temps passé devant la télévision et l’écran, c’est limiter l’immobilisation et maintenir la circulation. D'une manière générale, devoir rester longtemps assis, au quotidien, par exemple devant son ordinateur, doit inciter à se lever et à déplacer de temps en temps ».

Autres actualités sur le même thème