Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SOLITUDE : Un facteur majeur de tabagisme

Actualité publiée il y a 10 mois 1 semaine 6 jours
Journal of Applied Gerontology
Quand on est seul, on s’ennuie et on a tendance à fumer, conclut cette étude, centrée sur les personnes âgées en situation d'isolement social (Visuel Fotolia 34710959)

Quand on est seul, on s’ennuie et on a tendance à fumer, conclut cette étude, centrée sur les personnes âgées en situation d'isolement social. Alors que la prévalence de la solitude s’accroît avec le vieillissement des populations, le taux de tabagisme et de décès prématuré associé pourraient fortement augmenter chez les 65 ans et plus, conclut cette équipe d’épidémiologistes de la George Mason University (Virginie) qui publie ses conclusions dans le Journal of Applied Gerontology.

 

Vieillir apporte sagesse et expérience, mais aussi, à la plupart des personnes plus âgées, des problèmes de santé, la perte d’amis et une mobilité réduite, ce qui entraîne l’isolement social. L'isolement social ou la solitude sont devenus un vrai problème de santé publique et de nombreuses études ont montré leur association avec la mortalité prématurée chez les personnes âgées.

 

Ne pas avoir quelqu'un à appeler ou ne pas interagir avec « sa communauté » est aujourd’hui le quotidien d’environ 20 % des personnes âgées de 65 ans et plus. Se sentir parfois isolé ou solitaire suffit à définir la solitude, et à induire certaines de ses conséquences sur la santé.

L'isolement social, « nouveau » facteur de risque de tabagisme

L'étude qui a analysé les données de 8.136 adultes âgés de 65 ans ou plus, représentatifs du groupe de population de plus de 65 ans, révèle ainsi que :

 

  • les personnes âgées isolées socialement sont 17 % plus susceptibles de fumer vs celles ayant des interactions sociales avec d'autres membres de la communauté ;
  • les personnes âgées présentant des niveaux plus élevés de dépression et d'anxiété sont encore plus susceptibles de fumer ;
  • les personnes âgées qui vivent dans un isolement social modéré, qui par exemple, peuvent téléphoner mais sans jamais voir personne sont ainsi 2 fois plus susceptibles de fumer ;
  • les personnes âgées qui souffrent d'un isolement social sévère sont 5 fois plus susceptibles de fumer ;
  • ce tabagisme entraîne alors des problèmes de santé et des décès prématurés supplémentaires ; ainsi le tabagisme médie une partie des problèmes de santé associés à la solitude et l’isolement.

 

Réduire l'isolement social chez les personnes âgées pourrait contribuer à améliorer leur santé et leur espérance de vie en bonne santé, commentent les auteurs. Ensuite,

le tabagisme pourrait aussi avoir sa part de responsabilité dans l'isolement social,

même si l’hypothèse la plus probable reste que l'isolement social conduit au tabagisme.

Plus sur le Blog Addictions

Autres actualités sur le même thème