Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAGISME : L’exercice participe au sevrage

Actualité publiée il y a 1 année 8 mois 3 semaines
British Journal of Pharmacology
La pratique de l'exercice permet de s'arrêter plus facilement de fumer

Cette recherche de l'Université St. George (UK) menée chez la souris révèle le mécanisme sous-jacent à l'effet protecteur de l'exercice contre la dépendance à la nicotine et bénéfique au sevrage. Ces expériences présentées dans le British Journal of Pharmacology confirment non seulement la diminution, avec l’exercice, des symptômes du sevrage de la nicotine mais révèlent comment l’exercice apaise les récepteurs α7 nicotiniques de l'acétylcholine (nAChR α7), ciblés par la nicotine dans l’hippocampe du cerveau.

 

De précédentes études ont suggéré que l'exercice est une aide au sevrage tabagique dans la mesure où il réduit les symptômes de sevrage de la nicotine chez les humains. Cependant, le mécanisme sous-jacent à cet effet bénéfique reste mal compris. Ici, l’équipe britannique a donc étudié sur une souris modèle, l'effet de l'exercice durant l'exposition chronique à la nicotine sur la sévérité des symptômes et un certain nombre de mesures biologiques dont la liaison et l’activation des récepteurs de la nicotine, des récepteurs μ-opioïde et dopaminergiques D2, sur les niveaux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) et sur les niveaux de corticostérone plasmatique. Des souris mâles ont donc été « traitées » avec de la nicotine (ou une solution saline) pendant 14 jours et ont subi l'un des 3 programmes d'exercice soit 24 heures sur 24, 2 heures par jour ou absence d’exercice. Les chercheurs ont évalué les symptômes de sevrage au 14è jour. L’analyse montre que :

  • les souris dépendantes à la nicotine qui ont pratiqué 2 ou 24 heures présentent une réduction significative de la sévérité des symptômes de sevrage par rapport au groupe sédentaire.
  • L’exercice (course sur une roue) induit une régulation positive de la liaison des récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine dans la zone de l'hippocampe ;
  • aucun effet significatif n’est en revanche constaté sur les autres paramètres étudiés.

 

 

Ces résultats mettent ainsi en lumière le mécanisme exliquant l'effet protecteur de l'exercice contre le développement de la dépendance à la nicotine et dans la réduction de la sévérité des symptômes de sevrage. L’exercice est donc un outil d’aide au sevrage tabagique à ne pas négliger.

Autres actualités sur le même thème