Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

VIANDE ROUGE : Sa consommation associée aussi au diabète de type 2

Actualité publiée il y a 3 mois 2 semaines 9 heures
The European Heart Journal
Ces réultats confirment le risque cardiovasculaire déjà documenté par de précédentes études et révèle, en plus, un risque métabolique (Visuel Adobe Stock 277651423)

Cette analyse de l'Université de Hong Kong (HKUMed) de métadonnées alimentaires et sanitaires de millions de personnes conclut que la consommation de viande rouge est non seulement associée à un risque de maladie cardiovasculaire (MCV) mais aussi de diabète de type 2. Ces résultats publiés dans l'European Heart Journal confirment le risque cardiovasculaire déjà documenté par de précédentes études et révèle, en plus, un risque métabolique.

 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé la viande transformée comme cancérigène du groupe 1 pour l'Homme et la viande rouge dans le groupe 2A, probablement cancérigène pour ce qui suggère qu’une consommation excessive de viande peut nuire à la santé humaine. L’équipe de Hong Kong analyse à nouveau les risques d’une consommation trop élevée de viande, pour une population qui passe d’un régime oriental à un régime occidental, une tendance illustrée notamment par une consommation plus fréquente de viande transformée, de beurre et de céréales raffinées et, en pratique, « des importations de viande à Hong Kong qui continuent d'augmenter », souligne l’auteur principal, le Dr Jane Zhao Jie, professeur à l’HKUMed.

 

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité dans le monde. Le diabète de type 2 est une comorbidité courante et un facteur de risque établi de maladies cardiovasculaires. En tant qu’aliment courant, la viande rouge suscite de plus en plus d’attention pour la santé. Cette revue systématique et cette méta-analyse nous apportent une synthèse réactualisée des preuves de l'association de la consommation de viande rouge avec les maladies cardiovasculaires

mais aussi avec le diabète de type 2.

 

 

L’étude, à grande échelle, a couvert les données de 4.462.810 participants, via la méta-analyse de 43 études observationnelles sur les maladies cardiovasculaires et de 23 études sur le diabète. En utilisant l'unité d'une augmentation de 100 g/jour de viande rouge non transformée et d'une augmentation de 50 g/jour de viande rouge transformée, l’analyse révèle que :

 

  • une consommation plus élevée de viande rouge, transformée et non transformée, entraîne un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2 ;
  • dans le contexte occidental, la consommation de viande rouge transformée, de beurre, de produits laitiers riches en matières grasses et de céréales raffinées reste plus élevée ;
  • dans le contextes oriental, le régime alimentaire se caractérise plutôt par une consommation plus élevée de céréales complètes, de légumes et de fruits de mer ;
  • le rapport de risque du risque de diabète de type 2 lié à la consommation de viande rouge transformée est de 0,96 dans le contexte oriental et de 1,51 dans le contexte occidental ;
  • le rapport de risque de risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) lié à la consommation de viande rouge non transformée est de 0,71 dans le contexte oriental et de 1,13 dans le contexte occidental ;
  • en d’autres termes, le risque d’AVC et de diabète de type 2 reste plus faible dans un contexte oriental vs occidental : la culture alimentaire orientale, avec plus de légumes et de fruits de mer et moins de viande rouge, constitue la principale différence entre les 2 contextes ;
  • ainsi, une augmentation de 50 g/jour de consommation de viande rouge transformée est liée à un risque 26 % plus élevé de maladies cardiovasculaires et à un risque 44 % plus élevé de diabète de type 2 ;
  • les niveaux de risque restent moins marqués dans le contexte oriental, en raison d’une consommation plus élevée de céréales complètes et de légumes et d’une consommation de viande rouge somme toute plus faible.

 

Ainsi, cette revue systématique et méta-analyse, la plus large menée à ce jour conclut que que 100 g/jour de viande rouge non transformée sont toujours associés à un risque 11 % plus élevé de maladies cardiovasculaires et à un risque 27 % plus élevé de diabète de type 2 C’est un signal d’alarme :

 

la consommation de viande rouge devrait être limitée pour des raisons à la fois de santé cardiométabolique et …environnementales.

Plus sur le Blog Diabète
Plus sur le Blog Nutrition

Autres actualités sur le même thème