Vous recherchez une actualité
Actualités

ACOUPHÈNES: L'insomnie aggrave la situation

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 2 heures
Combined Otolaryngological Spring Meetings

Cette étude du Henry Ford Hospital de Detroit montre l’association redoutable et significative entre l'insomnie et la sévérité des acouphènes, avec des patients insomniaques qui déclarent un grande détresse émotionnelle. Ces conclusions sur l’aggravation du bilan fonctionnel et émotionnel des acouphènes, bourdonnements, et sifflements sont présentées le 20 avril aux réunions du Combined Otolaryngological Spring à San Diego.

« Les acouphènes impliquent des processus cognitifs, émotionnels et psycho-physiologiques, ce qui peut entraîner une augmentation du sentiment de détresse du patient», explique le co-auteur de l'étude, le Dr Kathleen L. Yaremchuk, président du Département d'ORL et de chirurgie cervico-faciale à Henry Ford. «Les troubles du sommeil, dont l'insomnie, chez ces patients diminue leur tolérance aux acouphènes ».


Bien que les causes physiologiques exactes des acouphènes soient encore mal connues, plusieurs causes sont évoquées dans leur déclenchement ou leur aggravation, comme l'exposition à des niveaux sonores trop élevés, des bouchons de cire ou des infections de l'oreille ou des sinus, des traumatismes du cou, et certains troubles comme l'hypo ou l'hyperthyroïdie, la maladie de Lyme, la fibromyalgie et le syndrome du défilé thoracique. Des études ont également associé les acouphènes à différents troubles psychologiques.

Association acouphènes-insomnies entraîne dégradation physique et émotionnelle : Les Dr Yaremchuk et George Miguel du Henry Ford, ont mené leur étude rétrospective auprès de 117 patients traités entre 2009 et 2011. Ces patients ont répondu à des questionnaires sur leurs réactions et leur tolérance aux acouphènes, les répercussions physiques et émotionnelles, la gravité d'éventuelles insomnies. Les chercheurs constatent que la sévérité des répercussions physiques et émotionnelles (échelle Tinnitus Reaction Questionnaire ou TRQ) est un bon prédicteur de l'association acouphènes-insomnies (sensibilité 96,9% et spécificité 55,3%).

« Le traitement des patients souffrant d'acouphènes est difficile», note le Dr Yaremchuk. «Un patient avec acouphènes chroniques présente une image clinique qui peut inclure l'anxiété, la dépression, l'ennui, ou une détresse émotionnelle auto-déclarée. Et l'une des plaintes les plus fréquentes de ces patients est de parvenir à trouver le sommeil ». Les auteurs suggèrent de traiter l'insomnie chez ces patients afin de réduire la sévérité des symptômes liés aux acouphènes.

Source: Combined Otolaryngological Spring Meetings via Eurekalert (AAAS) “Study: Insomnia takes toll on tinnitus patients” (Vignette NIH, visuel American Tinnitus Association)

Lire aussi : ACOUPHÈNES : Une question de nerf vague ?

Autres actualités sur le même thème