Vous recherchez une actualité
Actualités

ALCOOL : Effet protecteur ou risque cardiaque ?

Actualité publiée il y a 2 mois 1 jour 15 heures
Alcoholism and Clinical Experimental Research
Première trajectoire : une consommation avec pics et précoce caractérisée par une consommation irrégulière d'alcool plus précoce

Cette étude du Pacific Institute for Research and Evaluation (PIRE, Maryland) tente de démêler les effets de l’alcool sur la santé, en particulier ses effets sur la santé cardiaque. Si une grande partie de la littérature scientifique à ce jour suggère que le risque est plus faible chez les buveurs modérés actuels que chez les non-buveurs ou les buveurs excessifs, la relation entre les habitudes de consommation d'alcool au cours de la vie et les maladies coronariennes reste mal définie. L’étude, qui pour la première fois prend en compte les trajectoires de consommation d'alcool tout au long de la vie suggère, dans la revue Alcoholism and Clinical Experimental Research que l'impact de la consommation d'alcool sur le risque coronarien pourrait être sous-estimé.

 

Les études épidémiologiques sur l’alcool et la santé en population générale de plus de 35 ans pourraient bien avoir sous-estimé l’impact de l’excès d’alcool épisodique intense à l’adolescence et au début de l’âge adulte sur le système cardiovasculaire.

Deuxième trajectoire : une consommation d’alcool relativement stable tout au long de la vie

 

Une consommation précoce et par pics induit un risque cardiaque plus élevé qu’une consommation stable tout au long de la vie

Les chercheurs ont suivi durant 5 ans des patients hospitalisés pour infarctus aigu du myocarde non mortel et des témoins en bonne santé. Tous les participants ont passé un examen physique et une interview pour relever leurs facteurs de risque connus et leurs antécédents détaillés de consommation d’alcool. Les trajectoires à vie de consommation ont été construites à partir des consommations estimées d’éthanol consommées par décennie, entre les âges de 10 et 59 ans et caractérisées selon les habitudes de consommation au cours de la vie. Les chercheurs ont ensuite traité ces données par régression logistique pour estimer le risque d’infarctus en fonction des trajectoires de consommation :

 

2 trajectoires majeures de consommation d'alcool au cours de la vie apparaissent à l’analyse :

  • une consommation avec pics et précoce caractérisée par une consommation irrégulière d'alcool plus précoce, une consommation moins fréquente, plus d’unités d’alcool consommées par épisode de consommation d'alcool, moins de consommations au total, des épisodes d’ivresse plus fréquents par année de consommation d'alcool et une consommation réduite ou un arrêt de la consommation à l’âge mûr ;
  • une consommation d’alcool relativement stable tout au long de la vie.

 

 

Le risque de crise cardiaque dépend aussi de la trajectoire de consommation à vie :

  • consommer de l’alcool irrégulièrement et par pic (trajectoire 1), un comportement signalé par plus de femmes que d’hommes s’avère associé à un risque d'infarctus considérablement plus élevé qu’avec une trajectoire de consommation stable à vie (trajectoire 2) -en particulier chez les hommes- ;
  • par rapport à une consommation relativement stable tout au long de la vie (2), une trajectoire avec pics et précoce est associée à un risque d’infarctus tout particulièrement élevé chez les anciens buveurs masculins et parmi les « buveuses » actuelles ;
  • les taux de crises cardiaques sont plus élevés parmi les buveurs qui ont commencé plus jeunes vs les buveurs « stables » à vie.

 

La consommation excessive d'alcool à l'adolescence et au début de l'âge adulte peut avoir des effets à long terme sur le système cardiovasculaire qui n'ont pas été reconnus par de précédentes études épidémiologiques évaluant la consommation d'alcool chez les personnes âgées de 35 ans et plus. Les recherches épidémiologiques suggérant qu'une consommation modérée d'alcool a un effet protecteur sur la santé cardiovasculaire, doivent être réévaluées en prenant en compte la consommation d'alcool à l'adolescence et au début de l'âge adulte.

 

« C’est la première fois que les trajectoires de consommation couvrant toute la vie, y compris l’adolescence et le début de l’âge adulte sont prises en compte dans l’association entre alcool et crises cardiaques non mortelles », conclut l’auteur principal.

Autres actualités sur le même thème