Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ALLAITEMENT : Il réduit le risque d'infections respiratoires chez l'enfant

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 5 jours
Pediatric Pulmonology et ERS
L'allaitement maternel permet de réduire le risque d'infection pulmonaire chez l'enfant des villes (Visuel Adobe Stock 291472203)

Cette recherche à paraître dans la revue Pediatric Pulmonology et présentée lors du Congrès international de l’European Respiratory Society (ERS) rappelle les facteurs associés à la vie urbaine et délétères pour la santé pulmonaire, en particulier des nourrissons et des jeunes enfants. Les structures d’accueil, les maisons humides et la pollution routière sont autant de facteurs de risque d'infections pulmonaires. Cependant, un comportement permet de contrecarrer en partie ce risque chez l’enfant, révèle une recherche complémentaire : l’allaitement maternel.

 

L’auteur principal, le Dr Nicklas Brustad, de l’Université de Copenhague et chercheur dans le cadre du programme Copenhagen Prospective Studies on Asthma in Childhood (COPSAC), confirme, avec de nouvelles données, que les jeunes enfants qui grandissent dans les villes souffrent davantage d'infections respiratoires que ceux qui grandissent à la campagne. Il met en exergue les différents facteurs de risque associés, qui, chez certains enfants, par ailleurs en bonne santé, entrainent des infections répétées.

La vie en ville est un facteur de risque indépendant d’infections au début de la vie

La première étude a suivi 663 enfants et leurs mères de la grossesse maternelle jusqu'aux 3 ans de l’enfant. Les chercheurs ont recensé le nombre d'infections respiratoires pour chaque enfant et pris en compte la résidence urbaine ou rurale. L’analyse confirme que :

 

  • les enfants des villes développent en moyenne 17 infections respiratoires, avec des symptômes comme la toux et le rhume, avant l'âge de trois ans vs 15 infections chez les enfants vivant à la campagne ;
  • des analyses de sang des mères pendant la grossesse et des nouveau-nés révèlent que les enfants vivant dans les zones urbaines présentent des différences dans leur système immunitaire vs les enfants vivant dans des zones plus rurales ;
  • ces différences apparaissent corrélées à la différence de milieu de vie et au nombre d'infections respiratoires.

 

« La vie urbaine est un facteur de risque indépendant de développer des infections au début de la vie. Ce contexte de vie induit des changements dans le sang des femmes enceintes et des nouveau-nés, ainsi que les changements dans le système immunitaire du nouveau-né qui expliquent en partie la relation ».

Ce sont de nouvelles preuves des effets de l’environnement sur le développement du système immunitaire de l’Enfant.

 

D’autres recherches de la même équipe vont regarder pourquoi certains enfants par ailleurs en bonne santé sont sujets à des infections répétées et quelles sont les implications pour leur santé plus tard dans la vie.

 

Une 2è étude présentée au Congrès par une équipe de l’Université de Brighton et du Sussex et le Dr Dr Tom Ruffles a analysé les données de 1.344 mères et leurs enfants vivant en Écosse et en Angleterre. Les mères ont renseigné par questionnaires aux âges d’1 et de 2 ans de leur enfant, l’incidence des infections pulmonaires, les symptômes tels que la toux et la respiration sifflante, les prescriptions de médicaments pour l’Enfant, ainsi que les facteurs de risque environnementaux possibles. Si l'analyse confirme les facteurs de risque précédents, elle révèle aussi un facteur positif :

  • l'allaitement maternel durant plus de 6 mois contribue à protéger les bébés et les enfants contre les infections.

Les bienfaits de l’allaitement maternel sont bien établis cependant cette analyse sensibilise un peu plus à l’importance de soutenir les mères qui souhaitent allaiter leur bébé. L’analyse appelle également les politiques et les autorités sanitaires à développer des stratégies pour réduire l’exposition aux infections dans les structures d’accueil de la Petite Enfance, mieux isoler les maisons et réduire les taux d’humidité et de moisissure, réduire le tabagisme et réduire la pollution de l’air.

 

 « Nous savons que certains jeunes enfants souffrent de toux et de rhumes récurrents, ce qui peut entraîner des affections telles que l'asthme plus tard dans la vie. Il est important de cerner tous les facteurs qui y contribuent et de faire en sorte de garantir à tous les enfants des conditions de vie saines ».

Plus sur le Blog Pédiatrie
Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème