Vous recherchez une actualité
Actualités

ANTIBIORÉSISTANCE : Vers de nouveaux antibactériens à spectre plus étroit

Actualité publiée il y a 12 mois 2 jours 6 heures
Journal of Medicinal Chemistry
L'entérocoque résistant à la vancomycine (ERV) est l'une des principales causes d'infections nosocomiales, et est mortelle pour près de 10% des personnes infectées (Visuel AdobeStock_78527054).

Ces petites molécules développées par cette équipe de l’Université Purdue (Indiana) et qui ciblent les entérocoques résistants à la vancomycine (ERV) promettent en effet de stopper certaines de ces superbactéries mortelles et de sauver des dizaines de milliers de vies. Car ces petites molécules, présentées dans le Journal of Medicinal Chemistry possèdent les propriétés nécessaires pour traiter les ERV à la fois dans la circulation systémique et dans le tube digestif, sources de toutes les infections à ERV .

 

L'entérocoque résistant à la vancomycine (ERV) est l'une des principales causes d'infections nosocomiales, et est mortelle pour près de 10% des personnes infectées. Ces superbactéries se développent généralement à partir du tractus intestinal, où les bactéries deviennent résistantes à l'antibiotique vancomycine. Le risque d’infection (nosocomiale) est plus élevé chez les personnes hospitalisées qu'en communauté.

Repositionner et ajuster un médicament du glaucome, de l'insuffisance cardiaque congestive et de l’épilepsie

L’équipe de l'Université Purdue a développé de petites molécules à partir d’un médicament repositionné : le médicament en question, un inhibiteur de l'anhydrase carbonique, est utilisé depuis plus de 80 ans pour traiter le glaucome, l'insuffisance cardiaque congestive et d’autres problèmes de santé comme l’épilepsie. L’équipe documente la possibilité d'ajuster les propriétés de l’acétazolamide pour cibler les ERV dans différentes parties du corps humain.

« A partir de l’acétazolamide, nous pouvons obtenir des molécules qui peuvent être utilisées pour traiter les infections systémiques mortelles à ERV, ou par manipulation des propriétés de la molécule, concevoir un composé qui réside uniquement dans le tractus gastro-intestinal pour réduire la colonisation des ERV. Nos travaux permettent de multiplier par 600 l’efficacité de ce médicament contre les ERV ».

« Le problème des antibiotiques sur le marché est qu'ils sont utilisés pour une grande variété de maladies »,

soulignent les chercheurs qui rappellent également que les antibiotiques détruisent aussi les bonnes bactéries et qui choisissent donc de travailler sur des médicaments « à spectre étroit ».

 

Un développement donc prometteur dont l’auteur principal, Daniel Flaherty, professeur de chimie et de pharmacologie moléculaire se dit convaincu qu’il pourrait changer le protocole de traitement des infections à ERV.

Autres actualités sur le même thème