Actualités

BISPHÉNOL A: Une accumulation dans le corps très sous-estimée, selon une nouvelle étude

Actualité publiée il y a 11 années 2 semaines 5 jours
Environmental Health Perspectives

Une nouvelle étude de l’Université du Missouri montre que l'exposition au bisphénol A (BPA) par l'alimentation a été bien sous-estimée par des tests de laboratoire précédents. En étudiant les concentrations de BPA chez des souris ayant reçu un régime alimentaire régulier complété avec du BPA, les chercheurs aboutissent à une augmentation très élevée de l'absorption et de l’accumulation de BPA dans le sang des souris. Une étude publiée dans l’édition du 6 juin de la revue Environmental Health Perspectives.

C'est la première étude à examiner les concentrations de BPA sur un modèle animal après une exposition régulière, par l'alimentation quotidienne, une meilleure méthode qui met en lumière les effets d'une exposition chronique et continue au BPA chez les animaux et les humains.


Cheryl Rosenfeld, professeur agrégé en sciences biomédicales et auteur principal a choisi d'exposer en permanence la souris au BPA à travers l'alimentation, considérée comme la principale voie d'exposition chez les animaux et les humains. Dans des études antérieures, des souris avaient déjà été exposées au BPA mais par une administration unique. À la suite d'une exposition prolongée par l'alimentation, les chercheurs constatent une accumulation importante de la forme active du BPA, une forme dangereuse parce qu'elle peut se lier aux récepteurs des stéroïdes sexuels.

L'étude: Des souris adultes femelles ont reçu du BPA en bolus unique par voie orale (20 mg / kg de poids corporel) ou ont été soumise à un régime de 100 mg BPA /kg de nourriture, à volonté, pendant une semaine. Les concentrations sériques ont été analysées et comparées entre les groupes d'exposition 23 heures après la première administration et après 7 jours d'exposition par voie alimentaire. La concentration maximale de BPA durant les premières 24 heures est atteinte 1 h après la prise unique (pour le premier groupe) et 6 heures après le repas pour le groupe régime d'1 semaine. La concentration de BPA est plus élevée chez les souris exposées au régime d'1 semaine que dans le groupe “bolus-prise unique”. Malgré une absorption relativement faible, chez la souris soumise au régime d'1 semaine, la concentration en BPA est plus élevée au 7ème jour 7 qu'au 1er jour.

Les gens sont exposés sans le savoir au BPANous savons que la forme active de BPA se lie aux récepteurs des stéroïdes, ce qui signifie qu'il peut affecter œstrogènes, la testostérone et la fonction thyroïdienne. Il pourrait donc être responsable de mutations génétiques et nuire à notre capacité de reproduction, causer des anomalies de comportement que nous commencent tout juste à comprendre. "

L'étude note aussi que plus de 8 milliards de livres de BPA sont produites chaque année, et plus de 90% des Américains ont des quantités mesurables de BPA dans leur corps. "Nous pensons que ces études sur des modèles de souris où la source d'exposition au BPA est le régime alimentaire permettent une représentation plus précise des effets toxiques du BPA. Lorsque le BPA est absorbé par la nourriture, sa forme active peut s'accumuler dans le corps pendant une période de temps bien plus longue que lorsque l'exposition est ponctuelle. Nous avons besoin de nouvelles études pour déterminer comment le BPA ingéré se concentre pour être relâché dans la circulation sanguine puis distribué dans tout le corps."