Actualités

CAFÉ : Est-ce qu’il exacerbe l’arythmie ?

Actualité publiée il y a 10 mois 3 semaines 1 jour
JAMA Internal Medicine
Non, le café n'augmente pas le risque de troubles du rythme cardiaque, confirme contre toute idée reçue, cette équipe de cardiologues de l’Université de Californie (Visuel Adobe Stock 229868783)

Non, le café n'augmente pas le risque de troubles du rythme cardiaque, confirme contre toute idée reçue, cette équipe de cardiologues de l’Université de Californie - San Francisco (UCSF). L'équipe n’identifie ici, avec l’une des études les plus larges menées à ce jour, aucun lien entre la consommation de café et l'arythmie. Au contraire, chaque tasse de café quotidienne supplémentaire s’avère associée à un risque inférieur de 3% d'arythmie, y compris de fibrillation auriculaire (FA) et d'autres problèmes cardiaques courants, rapportent ces chercheurs, dans le JAMA Internal Medicine.

 

« Le café est la principale source de caféine pour la plupart d’entre nous et il a la réputation de provoquer ou d'exacerber les arythmies », commente l'auteur principal, le Dr Gregory Marcus, professeur de médecine au département cardiologie de l'UCSF : « Notre étude qui n’identifie aucune preuve de relation entre la consommation de caféine et un risque accru d'arythmies et s’inscrit en faux contre les interdictions fréquentes de consommation de caféine pour éviter le risque d'arythmie ». L’auteur rappelle a contrario que la consommation de café peut avoir des avantages anti-inflammatoires et est associée à une réduction du risque de certaines maladies, notamment le cancer, le diabète et la maladie de Parkinson.

« Le café reste un plaisir recommandable à chacun ».

Dans cette nouvelle étude, les scientifiques de l'UCSF regardent, à partir des données de la BioBank britannique, si la consommation régulière de café est associée à un risque d'arythmie et si certaines variantes génétiques qui affectent le métabolisme de la caféine peuvent modifier cette association. L’analyse est ainsi menée à partir des données de 386.258 buveurs de café, âgés en moyenne de 56 ans. En plus d'une analyse conventionnelle examinant la consommation de café autodéclarée comme un prédicteur d'arythmies futures, les enquêteurs ont utilisé la « randomisation mendélienne », pour déduire des données génétiques une éventuelle relation causale. Cette technique permettait d’évaluer la relation caféine-arythmie d'une manière indépendante de l'auto-évaluation des participants. Avec un suivi moyen de 4 ans, les données ont été ajustées en fonction des caractéristiques démographiques, de la santé et des habitudes de vie.

 

  • 4% de l'échantillon ont développé une arythmie ;
  • aucune preuve d'un risque accru d'arythmies n'a été observée chez les personnes génétiquement prédisposées à métaboliser la caféine différemment ;
  • des quantités plus élevées de café consommées s’avèrent en fait associées à un risque réduit de 3% de développer une arythmie.

 

L’étude avait quelques limites, dont l’absence de données détaillées sur le type de café consommé, mais, dans l’ensemble ces données confirment l’absence de corrélation entre une consommation de caféine et le risque d'arythmie.

« Les propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires du café pourraient même protéger contre certaines arythmies ».

Il reste à mener un essai clinique randomisé qui seul peut confirmer avec certitude les effets clairs de la consommation de café ou de caféine sur le rythme cardiaque.  

Autres actualités sur le même thème