Actualités

CANCER de la PEAU : Pourquoi l'immunothérapie avant la chirurgie

Actualité publiée il y a 2 semaines 2 jours 4 heures
ESMO, NEJM et Annals of Oncology
Parce que l’immunothérapie, avant la chirurgie induit une réponse complète chez plus de la moitié des patients atteints d'un cancer de la peau courant (Visuel Adobe Stock 312513219)

Parce que l’immunothérapie, avant la chirurgie induit une réponse complète chez plus de la moitié des patients atteints d'un cancer de la peau courant, conclut cette étude internationale menée au M. D. Anderson Cancer Center de l’Université du Texas et présentée lors du Congrès 2022 de la Société européenne d'oncologie médicale (ESMO), publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM) et à paraître dans les Annals of Oncology.

 

La plupart des cas de carcinome épidermoïde cutané sont facilement traités par un dermatologue ou un médecin de soins primaires et ne nécessitent pas de soins avancés. Cependant, certains se produisent dans les régions de la tête et du cou - des zones fortement exposées au soleil - et, dans les rares cas où ils se développent et se propagent de manière agressive, ils peuvent affecter les yeux, les oreilles, le nez et la bouche.

 

La norme actuelle de soins implique l'excision chirurgicale et la radiothérapie et peut être défigurante voire entraîner la perte de fonctions importantes. L'immunothérapie néoadjuvante (pré-chirurgicale) peut permettre une chirurgie moins invasive qui préserve plus largement ces fonctions.  

 

En 2018, l’Agence américaine, Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le cémiplimab pour les patients atteints de carcinome épidermoïde cutané métastatique, non éligibles à la chirurgie ou à la radiothérapie. Le médicament avait d'abord été étudié dans le cadre néoadjuvant par un essai de phase II mené auprès de 20 patients atteints, qui avait abouti à un taux de réponse élevé, de 75 %.

 

Le nouvel essai clinique international multicentrique de phase II mené au MD Anderson Cancer Center auprès de 79 patients, conclut aujourd’hui que plus de 63 % des patients atteints d'un carcinome épidermoïde cutané de stade II à IV ont pu bénéficier d’une disparition totale ou presque complète de leurs tumeurs lorsqu'ils ont été traités par immunothérapie avant la chirurgie. L’immunothérapie a été effectuée par cemiplimab, un traitement anti-PD1, bien toléré par les participants.

Le taux de réponse le plus élevé à la monothérapie anti-PD1 néoadjuvante dans tous les cancers solides à ce jour

 

  • L'étude a atteint son critère d'évaluation principal avec un taux de réponse pathologique complète de 50,6 %, ce qui signifie qu'aucune cellule tumorale n'a été trouvée lors de la chirurgie chez plus de la moitié des participants traités;
  • 12,7 % des patients ont présenté une réponse pathologique majeure soit avec moins de 10 % de tumeurs viables découvertes lors de la chirurgie ;
  • un examen pathologique central indépendant a confirmé ces données ;
  • 14 patients (soit 17,7 %) ont présenté des événements indésirables de grade 3 ou plus. Les événements les plus fréquents, tous grades confondus, étaient la fatigue (30,4 %), les éruptions cutanées (13,9 %), la diarrhée (13,9 %) et les nausées (13,9 %). 4 patients sont décédés et l’un des décès, une exacerbation de l'insuffisance cardiaque, a été considéré comme lié au traitement.

 

« Ces résultats qui révèlent un taux de réponse à la monothérapie anti-PD1 néoadjuvante jusque-là jamais atteint, dans tous les cancers solides, annonce probablement le début d'un changement de paradigme du traitement du carcinome épidermoïde cutané avancé et résécable », commente l’auteur principal, le Dr Neil Gross, professeur de chirurgie de la tête et du cou : « Nous sommes ravis de cette nouvelle approche de traitement qui va contribuer à améliorer considérablement la qualité de vie de nos patients ».

 

L'équipe de recherche continue de suivre ses participants et rapportera les données de survie et d'autres résultats une fois l'essai terminé.

 

« Je pense que là où cela va vraiment faire une énorme différence, c'est la qualité de vie. Si vous pouvez éviter les radiations ou subir une intervention chirurgicale plus légère et que vous pouvez garder votre œil, votre oreille ou votre nez, c'est une énorme victoire pour les patients. C'est tout l’intérêt de cette approche ».

N’B. L'étude a été financée par Regeneron Pharmaceuticals, Inc. et Sanofi.

Autres actualités sur le même thème