Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la VESSIE, néovessie et nycturie : Monsieur N. ne dort plus

Actualité publiée il y a 2 années 1 mois 4 semaines
Cas patient
De la nycturie à l'insomnie, aux troubles de l'humeur

Monsieur N., âgé de 77 ans et qui pèse 71 Kg pour 1m75, est vu au domicile présentant une incontinence urinaire surtout nocturne, depuis sa cysto-prostatectomie avec remplacement par une néovessie pour traitement d’un cancer de la vessie.  Des changements de comportement sont signalés par son épouse, le patient se plaint de douleurs pelviennes, de fuites nocturnes et de troubles du sommeil.

Antécédents médicaux

-Migraines

-Rhinites saisonnières

-Infections urinaires et prostatites à répétition

 

 

Antécédents chirurgicaux

-PTH (prothèse totale de hanche) gauche

-Canal carpien bilatéral

-Polypes de la vessie (carcinomes in situ)

 

 

Traitements en cours

-Doliprane 1000 mg                                                                

-Movicol (laxatif- 2 sachets le matin)

 

 

Mode de vie

-Poids : 71 Kg, taille : 1m75

-Activité physique : plus aucune

-Activité professionnelle : non, travaillait comme commercial

-Apports hydriques estimés à 1500 mL

-Tabagisme : oui

 

 

Histoire clinique

Symptomatologie urinaire

Le patient se plaint de douleurs pelviennes et de la verge, d’incontinence urinaire surtout la nuit depuis son intervention de néovessie. Le patient utilise des protections mais avoue des fuites. Le besoin n’est pas ressenti. La miction est difficile. Le jet urinaire n'est pas perçu. Le transit est déclaré ralenti. Son épouse déclare que son comportement est plutôt irritable, parfois agressif, peu attentif…Le patient exprime un désir de prise en charge.

Désir de prise en charge : oui

 

Examen clinique

Examen neuro périnéal : Réflexes périnéaux présents. Le testing est coté à 4/5, épuisable.

Examen des muqueuses : Les sensibilités superficielles comme profondes sont correctes, la force musculaire est de bonne qualité.

Bandelette urinaire positive

Bladderscan post mictionnel réalisé : 600 mL pour une miction de 110 mL 

 

 

La conclusion est donc en faveur d’une rétention urinaire (mictions par regorgement) sur néovessie, responsable de douleurs pelviennes. Les douleurs et les fuites nocturnes qui entraînent une mauvaise qualité de sommeil influent sur l’humeur du patient, comme signalé par son épouse lors de la visite au domicile.           

 

 

 

 

Des protections adaptées pour la nuit vont redonner au patient une qualité de sommeil

Propositions :

  1. Auto-sondages intermittents 4 à 5 fois / jours : séances d’éducation thérapeutique en consultation urodynamique
  2. Faire ECBU avec antibiogramme si besoin
  3. Règles hygiéno-diététiques des auto-sondages à revoir, traitement de la constipation
  4. Prévoir un uroscanner pour visualiser la vessie et les reins ou scanner thoraco-abdomino-pelvien pour le bilan d’extension
  5. Suivi urologique pour changement des sondes tous les 3 mois
  6. Changement de protections pour la nuit pour redonner une qualité de sommeil (ex : TENA Men Sous-vêtement Absorbant).

Autres actualités sur le même thème