Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la VESSIE: Risque très accru confirmé avec l'antidiabétique Pioglitazone

Actualité publiée il y a 4 années 4 jours 16 heures
Bristish Medical Journal

Le risque de cancer de la vessie avec les médicaments antidiabétiques contenant de la pioglitazone (Actos ®, Competact®) n’est pas nouveau. Au point que dès 2011, l’Agence du Médicament ANSM/à l’époque afssaps) avait décidé aujourd’hui de suspendre leur utilisation en France après analyse des dernières données, confirmant une faible augmentation du risque de cancer de la vessie chez les patients traités par ces médicaments. Cette nouvelle étude, présentée dans le Bristish Medical Journal, confirme et précise ces données : la pioglitazone augmente le risque de cancer de la vessie de 63%, une augmentation d’incidence donc considérable, même si, en valeur absolue, le risque reste faible.

Le cancer de la vessie est le second cancer de l'appareil urinaire après le cancer de la prostate, il est plus fréquent chez l'homme que chez la femme. Il touche habituellement les sujets âgés de plus de 50 ans et représente environ 10.000 nouveaux cas par an. Aux Etats-Unis, ce sont environ 60.000 nouveaux cas recensés chaque année. Son symptôme le plus fréquent est la présence de sang dans l'urine (hématurie), en particulier en fin de miction. Un tel symptôme doit amener à consulter un médecin, surtout s'il survient chez un fumeur. Car son principal facteur de risque est le tabac. Ses autres facteurs de risque sont exposition à des produits chimiques (dont certains composés de la viande, liés à des méthodes de traitement, en particulier les nitrates/nitrites) et l'exposition à la pioglitazone, déjà documentée comme facteur de risque par de nombreuses études.


Les chercheurs du Jewish General Hospital et de la McGill University (Montréal), ont suivi, durant 14 ans, 145.806 patients ayant pris de la pioglitazone vs d'autres antidiabétiques oraux (ADO), dont la rosiglitazone (Avandia®) retirée en 2010 en raison de préoccupations sur le risque de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux. 622 participants ont été diagnostiqués avec un cancer de la vessie pendant la période de suivi de l'étude. L'analyse conclut que :

  • les patients ayant pris la pioglitazone, vs d'autres médicaments contre le diabète, présentent un risque accru de 63% de diagnostic de cancer de la vessie,
  • le risque est dose-dépendant, il augmente avec l'utilisation cumulée de pioglitazone : si la plupart des participants ont été suivis pendant 4 à 5 ans, le risque de cancer de la vessie semble augmenter de façon significative après environ 2 ans de traitement par pioglitazone.
  • Si cette augmentation du risque est colossale, en valeur absolue, le risque de cancer de la vessie reste faible soit 121 cas de cancer de la vessie/10.000 patients « sous » pioglitazone pendant 10 ans, vs 89/10.000 avec d'autres ADO.

Cependant, en dépit de la précision et de l'ampleur de ces résultats, les auteurs considèrent que, pour les patients qui répondent bien à ce médicament, les avantages en termes de contrôle de la glycémie l'emportent sur ce risque de cancer de la vessie. D'autant qu'il est impossible, expliquent les auteurs, d'exclure tous les facteurs de confusion possibles, dont les antécédents familiaux de cancer.

Un lien néanmoins à nouveau confirmé entre pioglitazone et cancer de la vessie.

Autres actualités sur le même thème