Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du SEIN : Un polyphénol du vin rouge démontre son efficacité anti-tumorale

Actualité publiée il y a 8 années 8 mois 3 jours
Cancer Letters

Les chercheurs de l'Institut du Cleveland Clinic's Lerner Research Institute (Ohio) ont découvert que le resvératrol, un polyphénol du vin rouge, lorsqu'il est combiné avec la rapamycine peut avoir un effet anti-tumoral sur les cellules du cancer du sein résistantes à la rapamycine seule. En synthèse, en association avec la rapamycine, le resvératrol augmente l’effet du médicament. Un gène, nommé PTEN contribue à libérer les effets anti-tumoraux du resvératrol dans cette combinaison de traitement. Un nouvel effet bénéfique du vin rouge, consommé avec modération, présenté dans la revue scientifique Cancer Letters.

Rappelons que La rapamycine, un immunosuppresseur utilisé pour prévenir le rejet dans la transplantation d'organes, est considéré, dans cette étude, pour son activité anti-tumorale contre le cancer du sein. Le resvératrol est un type de polyphénol qui se trouve dans la peau des raisins rouges, c'est un constituant du vin rouge, qui a été considéré pour ses multiples bénéfices en thérapie cellulaire.


Le Pr. Charis Eng, président de l'Institut de médecine génomique de l'Institut de Cleveland et son équipe ont étudié l'effet de l'association resvératrol, présent dans de nombreux composés naturels, avec la rapamycine sur des cellules cancéreuses du sein. La recherche démontre un effet «additif» entre ces deux molécules sur le développement des cellules du cancer du sein.

Resvératrol contre pharmacorésistance : "La rapamycine a été utilisé dans les essais cliniques comme traitement anticancéreux. Malheureusement, après un certain temps, les cellules cancéreuses développent une résistance à la rapamycine," explique le Pr. Eng. "Nos résultats montrent que le resvératrol semble atténuer la résistance à la rapamycine dans le cancer du sein, du moins en laboratoire Si ces observations sont vérifiées en contexte clinique, déguster un verre de vin rouge ou consommer un bol de cacahuètes –qui présente une teneur plus élevée en resvératrol que le vin rouge -avant la prise de rapamycine pourrait être une approche préventive"

Malgré son potentiel de suppression tumorale, l'efficacité de la rapamycine diffère selon les lignées cellulaires cancéreuses. L'efficacité du resvératrol et la rapamycine, seuls ou en association, sur la croissance cellulaire de 3 lignées de cellules cancéreuses du sein humain a été évaluée. La rapamycine, le resvératrol, et les combinaisons de ces agents inhibent la croissance des cellules de manière dose-dépendante. Dans les trois lignées cellulaires testées, la présence de faibles concentrations de resvératrol avec la rapamycine a été suffisante pour induire une inhibition de 50 % de la croissance cellulaire.

Bien qu'encore préliminaires, ces observations suggèrent que le resvératrol pourrait être un puissant médicament d'intégration en complément de la chimiothérapie traditionnelle.