Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER: Pourquoi le rat-taupe reste intouchable

Actualité publiée il y a 6 années 1 mois 3 semaines
Université de Haïfa

Ce rat hors du commun, le rat-taupe nu, déjà connu pour son extraordinaire longévité, a un autre atout, qui intéresse la science, à ce jour il reste totalement résistant au cancer. Alors que les rongeurs ont une similitude génétique de 85% par rapport aux humains, ce rat-taupe était le modèle idéal pour ces chercheurs de l’Université de Haïfa pour décrypter le secret de sa résistance et de trouver ainsi de nouvelles voies thérapeutiques contre le cancer.

Les souris et les rats sont depuis longtemps des modèles de laboratoire de choix pour la recherche médicale et, en particulier celle sur le cancer, en raison de l'incidence élevée des cancers chez ces animaux et leur courte durée de vie qui facilité le suivi de l'évolution des tumeurs. Cependant le rat-taupe est « à part » avec sa durée de vie de plus de 30 ans et sa résistance au cancer.


Un mécanisme anticancéreux puissant : Cette étude d'une équipe de l'Université de Rochester et de l'Université de Haïfa identifie ici le mécanisme unique qui protège le rat taupe nu. Il s'agit d'un acide hyaluronique de masse moléculaire très élevée (HMM-HA), qui, lorsque secrété par les cellules, et lorsqu'elles rentrent en contact, empêche la formation des tumeurs. Lorsque les chercheurs éliminent HMM-HA des cellules, elles redeviennent sensibles aux tumeurs et perdent cette inhibition de contact.

Un acide hyaluronique à masse moléculaire extrêmement élevée : HMM-HA est une forme d'acide hyaluronique naturellement présent dans la matrice extra-cellulaire du corps humain. Couramment utilisé dans le traitement de l'arthrite ou dans les produits anti-rides, ici cet acide hyaluronique présent dans les cellules de rat taupe nu possède une masse moléculaire extrêmement élevée, qui s'accumule en abondance dans les tissus, en raison de l'action d'une protéine appelée HAS2 et d'une diminution de l'activité des enzymes qui dégradent HA. Entre le rat-taupe et l'humain, 2 acides aminés du gène HAS2 diffèrent, cette différence pouvant expliquer la synthèse plus élevée d'HA chez le rat-taupe. Ces 2 acides aminés sont donc des cibles en puissance. Enfin, lorsque les chercheurs surexpriment dans les tissus cellulaires humains, la protéine de synthèse HAS2 (du rat-taupe), les cellules se mettent à sécréter HMM-HA. C'est donc un espoir pour la prévention du cancer chez l'Homme.

Le résultat d'une évolution : Les chercheurs font l'hypothèse que chez les rats-taupes nus qui vivent dans des tunnels souterrains, l'évolution a favorisé des concentrations plus élevées de HA dans la peau pour préserver l'élasticité de la peau nécessaire à la vie sans lumière.

Autres actualités sur le même thème