Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIRURGIE BARIATRIQUE : Un double risque de fracture avec le pontage gastrique

Actualité publiée il y a 4 mois 2 jours 6 heures
Journal of Internal Medicine
On ne compte plus les bénéfices de la chirurgie bariatrique, en particulier pour la santé métabolique, cardiaque et contre le risque de cancer. Cependant, quelques petits « inconvénients » commencent à être documentés

La chirurgie de perte de poids peut en effet augmenter le risque de fracture, alerte à nouveau cette équipe de l’Université de Göteborg (Suède), qui publie dans le Journal of Internal Medicine. Le point sur un des rares inconvénients de la chirurgie bariatrique, particulièrement fréquent en cas de pontage gastrique.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

On ne compte plus les bénéfices de la chirurgie bariatrique, en particulier pour la santé métabolique, cardiaque et contre le risque de cancer. Cependant, quelques petits « inconvénients » commencent à être documentés, dont, la sensibilité exacerbée à l’alcool, le risque de carences nutritionnelles, la perte musculaire, et un risque accru de fractures. Ainsi, une étude de l’Université de Göteborg a déjà suggéré une augmentation de 30% du risque de fracture après un pontage gastrique.

Le pontage gastrique double le risque de fracture à long terme

 

Cette nouvelle étude est menée auprès de 2.007 patients suédois obèses traités par chirurgie de perte de poids (pontage gastrique, bandage gastrique ou gastroplastie verticale) et auprès de 2.040 participants appariés n'ayant pas subi de chirurgie (témoins). Les participants ont été suivis entre 15 et 18 ans. L’analyse montre :

 

  • un taux d'incidence (le plus) élevé de fractures dans le groupe de pontage gastrique, soit 22,9 pour 1.000 années-personnes dans ce groupe vs, respectivement 10,4, 10,7 et 9,3 pour les groupes de gastroplastie verticale, bandes gastriques et groupe témoin ;
  • ainsi, le risque de fracture dans le groupe de pontage gastrique s’avère 2,58 fois plus élevé que dans le groupe témoin, 1,99 fois plus élevé que dans le groupe de cerclage gastrique et 2,15 fois plus élevé que dans le groupe gastroplastie verticale.

 

L’explication de ce risque accru de fracture repose sur la perte de poids qui fragilise le squelette. Cependant, si  le risque accru de chutes après la chirurgie est clairement évalué, l'étude ne démontre toujours pas la relation entre le taux de fracture et le degré de perte de poids.

 

« Ces résultats montrent que le pontage gastrique double le risque de fracture à long terme, à la fois par rapport à une prise en charge non chirurgicale de l’obésité mais aussi par rapport aux autres méthodes de chirurgie bariatrique incluses dans l’étude », conclut l'auteur principal, le Dr Sofie Ahlin, de l’Université de Göteborg : « Le risque accru de fracture est ainsi un effet secondaire grave qui doit être pris en compte lors de la sélection des interventions chirurgicales et qui doit être gardé à l'esprit lors du suivi postopératoire des patients ayant subi un pontage gastrique ».

Autres actualités sur le même thème