Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : 1 patient diabétique sur 10 meurt dans les 7 jours de son hospitalisation

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 3 jours
Diabetologia
L’insuline et les traitements du diabète doivent être poursuivis chez les patients diabétiques hospitalisés pour COVID-19 (Visuel AdobeStock_332747068)

Plusieurs études ont déjà documenté le diabète comme un facteur de risque majeur de susceptibilité aux formes sévères et de décès de COVID-19. Cette étude de chercheurs de l’Université de Nantes est la première à révéler le taux de décès élevé chez les patients diabétiques atteints de COVID-19 : 10% meurent dans les 7 jours qui suivent leur hospitalisation. L’analyse, publiée dans la revue Diabetologia, révèle également que l’insuline et les autres traitements du diabète ne sont pas des facteurs de risque de forme sévère de COVID-19 et que ces traitements doivent être poursuivis.

Les patients âgés diabétiques avec complications et / ou un SAOS sont particulièrement à risque de décès précoce

Il s’agit de l’étude CORONADO, dirigée par les Prs Bertrand Cariou et Samy Hadjadj, diabétologues à l'institut du thorax, CHU Nantes. L’étude a analysé les dossiers de 1.317 patients admis dans 53 hôpitaux français entre le 10 et le 31 mars 2020.

  • 89% des participants souffraient de diabète de type 2, 3% de diabète de type 1. Dans 3% des cas, le diabète a été diagnostiqué lors de l'hospitalisation pour COVID-19.
  • 65% des patients diabétiques et COVID-19 admis à l'hôpital sont des hommes ;
  • l'âge moyen de ces patients est de 70 ans ; un âge avancé augmente considérablement le risque de décès : les patients âgés de 75 ans présentent ainsi un risque de décès multiplié par 14 vs les patients de 55 ans et moins ;
  • 47% des participants présentaient des complications microvasculaires (yeux, reins et nerfs) 
  • 41% des complications macrovasculaires (artères du cœur, du cerveau, des jambes ;
  • 7 jours après l’admission à l’hôpital, 20,3% avaient été intubés et placés en soins intensifs sous ventilation mécanique,
  • 7 jours après l’admission à l’hôpital, 10% étaient décédés.
  • La présence de complications microvasculaires ou macrovasculaires double le risque de décès au jour 7 ;
  • Un syndrome d'apnée obstructive du sommeil triple presque le risque de décès à 7 jours, tout comme la présence de symptômes de dyspnée (essoufflement).
  • Si l’aggravation du contrôle de la glycémie ne semble pas avoir d'incidence sur les résultats du patient, les complications du diabète et l'augmentation de l'âge augmentent le risque de décès ; l’étude confirme ainsi que l'insuline et tous les traitements permettant de mieux contrôler la glycémie ne risquent pas d’aggraver COVID-19 et doivent être poursuivis chez les patients diabétiques. I
  • un IMC accru est associé à la fois à un besoin accru de ventilation mécanique et à un risque accru de décès ;
  • Enfin, chez ces patients diabétiques, les facteurs de risque de forme sévère de COVID-19 sont identiques à ceux trouvés en population générale, c’est-à-dire l'âge et l'IMC.

 

« Les personnes âgées atteintes de diabète de longue durée, présentant des complications diabétiques avancées et / ou un SAOS sont particulièrement à risque de décès précoce, et pourraient nécessiter une prise en charge spécifique pour éviter l'infection par le nouveau coronavirus. L'IMC apparaît également, chez ces patients diabétiques, comme un facteur indépendant de sévérité de la maladie ».

Autres actualités sur le même thème