Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Préserver la sécurité alimentaire, c'est aussi préserver la santé mentale

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 4 jours
American Journal of Preventive Medicine
Aux Etats-Unis, l’insuffisance alimentaire, la forme la plus extrême d'insécurité alimentaire, a progressé de 25% et simultanément, chez ces mêmes familles qui « n’ont plus assez à manger », l’incidence de la dépression et autres troubles mentaux progresse (Visuel Adobe Stock 319404863)

Ne plus avoir suffisamment de nourriture pour sa famille, c’est une conséquence de plus en plus fréquente de la pandémie de COVID-19. Cette étude de l’Université de Toronto, menée aux Etats-Unis, lance ainsi un signal d’alarme sur ces premiers signes économiques dramatiques de l’épidémie. Aux Etats-Unis, l’insuffisance alimentaire, la forme la plus extrême d'insécurité alimentaire, a progressé de 25% et simultanément, chez ces mêmes familles qui « n’ont plus assez à manger », l’incidence de la dépression et autres troubles mentaux progresse. Les chercheurs appellent les politiques, dans l’American Journal of Preventive Medicine à prévenir, par la fourniture de colis et de repas gratuits à la fois la survie de ces personnes et ce fardeau en santé mentale.

 

L’étude qui a suivi un échantillon national représentatif de 63.674 adultes aux États-Unis, montre que les minorités ethniques notamment, présentent un risque 2 fois plus élevé de manquer de nourriture. « Les minorités sont doublement affectées et de manière disproportionnée par la maladie COVID-19 et ses conséquences économiques : de nombreuses personnes ont perdu leur emploi et vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté », explique l’auteur principal, le Dr Jason Nagata, professeur de pédiatrie à l'Université de Californie à San Francisco. C’est aussi le cas des familles avec enfants plus touchées que la moyenne des participants.

« La faim, l'épuisement et l'insuffisance alimentaire exacerbent les symptômes de dépression et d'anxiété ».

  • 65% des Américains signalent des symptômes d'anxiété
  • 52% signalent des symptômes dépressifs ;

les participants qui n’ont pas assez à manger présentent une santé mentale encore plus dégradée :

  • 89% de ces participants signalent des symptômes d'anxiété,
  • 83% de ces participants signalent des symptômes dépressifs.

 

Il existe des solutions : les chercheurs confirment que la livraison de colis alimentaires ou la distribution de repas gratuits permet, aussi, d’alléger une partie du fardeau de la santé mentale lié à l'insuffisance alimentaire.

 

Ainsi, il va falloir élargir de toute urgence les programmes d’aide alimentaire, un appel qui sans aucun doute, vaut pour la grande majorité des pays.

Autres actualités sur le même thème