Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Traiter la thrombose induite par la vaccination

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 1 jour
Journal of Thrombosis and Haemostasis
De rares cas de thrombose et de thrombopénie inhabituels après l'administration du vaccin AstraZeneca (ChAdOx1 nCoV-19) ont été rapportés (Visuel Adobe Stock 292919746)

Alors que de rares cas de thrombose et de thrombopénie inhabituels après l'administration du vaccin AstraZeneca (ChAdOx1 nCoV-19) ont été rapportés, cette équipe de cliniciens l’Université de Vienne, livre un protocole « gagnant » pour prendre rapidement en charge ce syndrome désormais nommé « thrombocytopénie immunitaire prothrombotique induite par le vaccin » (VITT : vaccine-induced thrombotic thrombocytopenia). Après des expériences in vitro avec des sérums de patients atteints de VITT, les chercheurs montrent, chez un patient, que les immunoglobulines intraveineuses à forte dose inhibent de manière efficace l'activation plaquettaire des anticorps induits par le vaccin. Des données publiées dans le Journal of Thrombosis and Haemostasis qui suggèrent que cet effet de thrombose atypique induite par le vaccin peut être prévenu par un traitement rapide et approprié.

 

En France, sur près de 4 millions d’injections du vaccin Astra Zeneca réalisées à fin avril, ce sont 30 cas de thromboses des grosses veines atypiques (cérébrales en majorité), qui ont été recensés. Ce syndrome rare, observé spécifiquement après vaccination avec le vaccin Astra Zeneca est caractérisé par le développement de la thrombose à des sites inhabituels du corps, associée à un faible nombre de thrombocytes (plaquettes sanguines) et à un trouble de la coagulation. Cependant, les médecins du département Hématologie de l’Hôpital de Vienne ont traité avec succès un cas aigu de ce syndrome.

La VITT est très probablement causée par une réponse immunitaire anormale,

dans laquelle des anticorps activant les thrombocytes sont produits, entraînant une thrombocytopénie (faible numération plaquettaire) et une thrombose. Le taux de mortalité associé à la VITT est élevé, de 40 à 50%, et le syndrome nécessite un traitement immédiat. Cependant, les recommandations actuelles ne reposaient jusque-là que sur des données in vitro. La patiente admise avec une faible numération plaquettaire et de faibles taux de fibrinogène (une protéine au rôle clé dans la coagulation sanguine), des valeurs de D-dimères élevées suggérant une thrombose, a été traitée avec une dose élevée de concentrés d'immunoglobulines intraveineuses, de cortisone et d'anticoagulants spécifiques, et a immédiatement répondu au traitement.

La thrombose a été évitée.

  • Les concentrés d'immunoglobulines contiennent des anticorps qui peuvent bloquer la réponse immunitaire mal dirigée.

 

« Nous décrivons, pour la première fois, l'efficacité d'une stratégie de traitement vitale pour la thrombose induite par le vaccin. Nos résultats confirment également l’importance d'un diagnostic rapide et d’un traitement adapté et immédiat, afin de prévenir la thrombose".

 

Les auteurs livrent cette expérience dans l’espoir d’apporter à leurs confrères « une aide dans le traitement d'autres patients atteints du même syndrome ».

Autres actualités sur le même thème