Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Un déclencheur occasionnel de syndrome de Guillain-Barré ?

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 3 jours
Brain
Une association forte entre une infection au COVID-19 et le syndrome de Guillain-Barré. apparaît peu mprobable (Schéma Orphanet)

COVID-19 peut être un déclencheur occasionnel du syndrome de Guillain-Barré (SGB), concluent ces experts de l’Université d’Oxford. Cependant cette analyse des données de patients ayant développé un SGB après infection COVID-19, publiée dans la revue Brain, suggère peu probable, une association forte entre une infection au COVID-19 et le syndrome de Guillain-Barré.

 

Depuis début 2020, la pandémie de COVID-19 outre ses effets respiratoires sévères et ses risques de complications à long terme, entraine des complications neurologiques centrales et périphériques. Le syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque les nerfs, provoquant une faiblesse musculaire et parfois une paralysie est relativement rare mais peut être très grave. 3% à 5% des patients atteints décèdent de complications de la maladie. La condition est déclenchée par une infection bactérienne ou virale aiguë.

Depuis le début de la pandémie, plus de 90 diagnostics Guillain-Barré ont été recensés,

suite à une possible infection au COVID-19. Cependant, on ignore si COVID-19 est un déclencheur ou si les cas signalés, après la maladie, relèvent d’une coïncidence.

L’International GBS Outcome Study (ou IGOS) suit 49 patients atteints du syndrome de Guillain-Barré, vivant Chine, au Danemark, en France, en Grèce, en Italie, aux Pays-Bas, en Espagne, en Suisse et au Royaume-Uni. L’analyse des données de ces patients révèle que :

 

  • 22% de ces participants atteints du syndrome de Guillain-Barré inclus au cours des 4 premiers mois de la pandémie avaient eu une infection préalable au COVID-19 ;
  • ces patients étaient tous âgés de plus de 50 ans ;
  • 65 % présentaient une paralysie faciale ;
  • 64 % une forme de démyélinisation ;
  • Lors de l'admission à l'hôpital, 73 % des patients de Guillain-Barré infectés par le COVID-19 présentaient une augmentation des marqueurs inflammatoires ; tous ces patients remplissaient les critères diagnostiques du syndrome de Guillain-Barré et du COVID-19.

 

Pas de hausse d'incidence du SGB avec COVID-19 : l’étude révèle également que l’incidence ou le nombre de patients diagnostiqués avec le syndrome de Guillain-Barré au cours des 4 premiers mois de la pandémie n’est pas en augmentation par rapport aux années précédentes. Cela suggère qu’une forte association entre une infection au COVID-19 et le syndrome de Guillain-Barré soit peu probable,

cependant une infection au COVID-19 peut parfois favoriser le syndrome de Guillain-Barré.

 

Les chercheurs concluent ainsi : « Notre étude montre que le COVID-19 peut précéder le syndrome de Guillain-Barré dans de rares cas, mais l'existence d'une véritable association ou relation causale reste à établir ».

Autres actualités sur le même thème