Vous recherchez une actualité
Actualités

Vaccins H1N1 et Guillain Barré: Un risque max de 3 cas par million de personnes vaccinées

Actualité publiée il y a 9 années 2 semaines 5 jours
BMJ

C’est ce qu’affirment les experts qui publient dans le British Medical Journal du 12 juillet, les résultats de leur étude de cas-témoins en Europe sur le syndrome de Guillain-Barré et la grippe pandémique A (H1N1) 2009. L'étude porte tout de même sur une population de 50 millions de personnes dans cinq pays européens avec un total de 104 cas de syndrome Guillain-Barré (et sa variante du syndrome de Miller-Fisher). Les chercheurs concluent à un risque négligeable, sans exclure un risque maximum de 3 cas par million de personnes vaccinées.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Selon ces experts du département Medical Informatics de l'Université de Rotterdam, de l'European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC, Stockholm) et de la Brighton Collaboration (Suisse), les vaccins avec adjuvant utilisés pendant la pandémie de 2009 contre la grippe A/H1N1 n'ont pas augmenté le risque de syndrome Guillain-Barré de manière significative, voire pas du tout, à l'échelle européenne.


Cette étude permet donc de rassurer sur les risques potentiels des adjuvant des vaccins contre la grippe pandémique en particulier sur ce syndrome, une maladie rare dans laquelle le système immunitaire affaiblit les cellules nerveuses, entraînant une faiblesse musculaire et parfois une paralysie. En 1976, un vaccin utilisé durant la pandémie de grippe aux États-Unis avait été lié à ue augmentation de l'incidence de ce syndrome au point que la vaccination avait été interrompuesur le champ. Depuis lors, les études n'ont montré aucune ou seulement de légères augmentations du risque, mais, à ce jour, le rôle des vaccins contre la grippe et leur adjuvants comme un déclencheurs du syndrome de Guillain-Barré reste controversé.

A l'origine, c'est le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) qui a demandé et financé un consortium de chercheurs européens (VAESCO) pour estimer ce risque de syndrome Guillain-Barré après la campagne de vaccination liée à la pandémie de grippe A/H1N1. Dans cette vaste étude, un total de 104 cas de syndrome Guillain-Barré ont été appariés à un ou plusieurs témoins. Après ajustement pour les facteurs de risque reconnus, comme un syndrome grippal ou une infection des voies respiratoires, la vaccination contre la grippe saisonnière, les chercheurs n'ont identifié aucune association entre la vaccination contre la grippe pandémique et le syndrome de Guillain-Barré. La cohérence des résultats obtenus entre les différents pays conforte ces résultats.

Toutefois, les chercheurs soulignent qu'ils ne peuvent pas exclure la possibilité d'une légère augmentation du risque restant mais estiment ce risque à moins de 3 cas supplémentaires de syndrome Guillain-Barré par million de personnes vaccinées. Leur conclusion reste que la vaccination n'a pas augmenté le risque de syndrome Guillain-Barré sensiblement, voire pas du tout.