Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE : Les œufs un facteur supplémentaire de risque cardiovasculaire ?

Actualité publiée il y a 2 années 8 mois 1 semaine
The American Journal of Clinical Nutrition
Les œufs sont riches en cholestérol alimentaire et les patients atteints de diabète de type 2 ont tendance à avoir des niveaux plus élevés de « mauvais » cholestérol LDL…

Les œufs sont riches en cholestérol alimentaire et les patients atteints de diabète de type 2 ont tendance à avoir des niveaux plus élevés de « mauvais » cholestérol LDL… Mais cette étude rassure et confirme que la consommation d'œufs, et jusqu’à 12 par semaine, a peu d'effet sur les niveaux de cholestérol. Des conclusions présentées dans l’American Journal of Clinical Nutrition qui réfutent l’association œufs et risque cardiovasculaire, en dépit de précédents résultats contradictoires.

 

Les chercheurs de l’Université de Sydney souhaitaient éclaircir cette idée largement partagée que « les œufs sont mauvais pour le cholestérol », en particulier chez des personnes diabétiques. Leur étude conclut que consommer jusqu'à 12 œufs par semaine pendant une année n'a pas augmenté les facteurs de risque cardiovasculaires chez les personnes atteintes de prédiabète et de diabète de type 2.

 

Dans un premier essai, les participants visaient à maintenir leur poids tout en se lançant dans un régime riche en œufs (12 œufs par semaine) ou faible en œufs (moins de 2 œufs par semaine). L’analyse constate l’absence de différence de marqueurs de risque cardiovasculaire au bout du suivi de 3 mois.

Dans une seconde phase d’étude, les mêmes participants ont suivi durant 3 mois, un régime de perte de poids, tout en continuant à consommer des œufs en quantité faible ou élevée. Ensuite, durant 6 mois supplémentaires, les participants ont continué leur consommation d’œufs au même rythme et ont été suivis pour un large éventail de facteurs de risque cardiovasculaires, dont le cholestérol, la glycémie, la pression artérielle. À toutes les étapes, les 2 groupes

  • ne présentent aucun changement défavorable dans les marqueurs de risque cardiovasculaire,
  • atteignent une perte de poids équivalente,
  • et indépendante de leur niveau de consommation d'œufs.

 

Ainsi, en dépit d’avis divergents sur les niveaux de consommation d'œufs sûrs pour les personnes atteintes de prédiabète et de diabète de type 2, l’étude suggère que consommer des œufs fait partie d'une alimentation saine. Ici, le régime mettait plutôt l'accent sur le remplacement des graisses saturées (comme le beurre) par des graisses monoinsaturées et polyinsaturées, dont l'huile d'olive.

Enfin -même si l’étude est soutenue aussi par « Australian Eggs », les auteurs rappellent que les œufs sont une source de protéines et de micronutriments favorables à toute une série d’avantages dont la régulation de l'apport en graisses et en glucides, la santé des yeux et du cœur et des vaisseaux.

Les œufs, de plus, semblent n'avoir aucun impact sur le poids.

Autres actualités sur le même thème