Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

DOULEURS MUSCULAIRES et OSSEUSES : Elles touchent près de 30 % des enfants ?

Actualité publiée il y a 1 mois 6 jours 16 heures
Brazilian Journal of Physical Therapy
Est-ce une conséquence émergente de la sédentarité chez les jeunes ? Près de 30 % des enfants et adolescents ressentent des douleurs musculaires, osseuses ou ligamentaires (Visuel Adobe Stock 210187231).

Est-ce une conséquence émergente de la sédentarité chez les jeunes ? Cette équipe de pédiatres et rhumatologues de la São Paulo Research Foundation (FAPESP) révèle que près de 30 % des enfants et adolescents ressentent des douleurs musculaires, osseuses ou ligamentaires. De « nouveaux » troubles musculosquelettiques (TMS) chez les très jeunes, les maux de dos et les douleurs aux jambes constituant les plaintes les plus fréquentes.  Ce bilan, publié dans le Brazilian Journal of Physical Therapy, exclut globalement la responsabilité de « la croissance » et engage à renforcer la pratique de l’activité physique, chez les jeunes.

Environ 27 % des enfants et adolescents souffrent de douleurs musculosquelettiques sans étiologie particulière,

conclut la recherche. Un problème la plupart du temps très sous-estimé par les parents et les professionnels de la santé, notent les auteurs de l'article qui engagent à prendre en compte l’ampleur du problème et à adapter les politiques de santé publique concernant le traitement de la douleur chronique aux tranches d’âge plus jeunes.

 

Le problème se répercutera en effet à terme sur les plus âgés, alors qu’on estime déjà que plus de 35 % des plus de 50 ans souffrent de douleurs chroniques. Tous les facteurs de risque de douleur chronique dans les os, les ligaments et les muscles n'ont pas été étudiés en profondeur, mais on sait que des antécédents de douleur à un âge plus jeune en font partie. De précédentes recherches ont en effet fait état de son apparition à l'adolescence.

 

Cependant, peu d'études ont été menées sur la prévalence des douleurs musculosquelettiques chez les jeunes, et les résultats obtenus sont imprécis, allant de 4% à 40 %. L’auteur principal de la nouvelle étude, Tiê Parma Yamato, chercheur affilié à l'Universidade Cidade de São Paulo précise ainsi : « la proportion semble varier entre 20 % et 45 % selon des études antérieures. Cependant, la plupart de ces études portant sur des affections musculosquelettiques spécifiques n’ont pas pris en compte l’impact de la douleur sur les activités quotidiennes des enfants et des adolescents ».

 

L'étude est menée auprès de 2.688 participants âgés en moyenne de 12 ans, qui ont renseigné par questionnaire les douleurs corporelles affectant leur quotidien, leurs activités courantes, comme faire du sport, par exemple. L’analyse révèle que :

 

  • 27 % de ces jeunes signalent des douleurs musculosquelettiques invalidantes au cours des 30 jours précédents ;
  • les maux de dos constituent les douleurs les plus fréquemment signalées (par 52 %), suivis des douleurs aux jambes (42 %) et des douleurs au cou (21 %) ;
  • les enfants souffrant de douleurs musculosquelettiques invalidantes sont en moyenne plus âgés et entretiennent de moins bonnes relations avec leur famille, ce qui suggère un mal-être ;
  • ces enfants, souffrant de douleurs musculosquelettiques invalidantes, présentent davantage de symptômes de troubles psychosomatiques et une qualité de vie dégradée ;
  • globalement leur temps de sédentarité est plus élevé, ils passent plus de temps devant les écrans.

 

« C’est un vrai problème de santé publique qui nous attend, et contre lequel il manque actuellement un protocole de traitement spécifique dans nos systèmes de santé. Nous devrons également prendre soin des plus jeunes si nous voulons réduire la prévalence de la douleur chronique chez les adultes ». 

Le mythe « des douleurs de croissance » persiste

cependant chez de nombreux parents, qui ont ainsi tendance à sous-estimer la présence de douleur chez leurs enfants. « De nombreuses familles nourrissent cette idée de « douleurs liées à la croissance » mais rien dans la littérature scientifique ne prouve que la croissance provoque réellement de la douleur ».

 

Quelles mesures ? En cas de douleurs musculaires et osseuses persistantes la consultation s’impose.

 

Les chercheurs rappellent enfin l’importance pour les enfants et les adolescents de pratiquer une activité physique régulière.


Plus sur le Blog Fibromyalgie
Plus sur le Blog Pédiatrie

Autres actualités sur le même thème