Vous recherchez une actualité
Actualités

DYSPAREUNIE: Quel risque de douleurs lors des rapports sexuels après l'accouchement ?

Actualité publiée il y a 5 années 5 mois 2 semaines
BJOG

«Presque toutes les femmes ressentent une douleur lors du premier rapport sexuel qui suit l’accouchement », écrivent ces chercheurs australiens. « Cependant, le risque de dyspareunie persistante, après une naissance, est influencé par des événements pendant le travail et l'accouchement ».

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Mettre au monde s'avère ainsi associé, chez la majorité des femmes, à des douleurs persistantes pendant ou après les rapports sexuels qui suivent l'accouchement. Cette étude sur la contribution des facteurs de risque obstétriques, notamment du mode d'accouchement et de ses complications, à cette dyspareunie post-partum, révèle un lien significatif avec un mode spécifique d'accouchement. Et pas forcément celui que l'on pouvait imaginer. Conclusions dans BJOG, an International Journal of Obstetrics and Gynaecology.


L'étude a donc évalué la contribution de facteurs de risque obstétriques, de l'allaitement, la fatigue et la dépression maternelles et la violence conjugale, à la dyspareunie post-partum sur une cohorte de 1.244 mères (ayant accouché en Australie-Melbourne). Les chercheurs ont analysé les données obtenues par questionnaires postnatals 3, 6, 12 et 18 mois après la naissance.

Incidence des différents modes d'accouchement parmi les femmes de l'échantillon :

· 49% ont mis au monde par accouchement vaginal spontané,

- dont les deux tiers avec déchirure et / ou épisiotomie suturée,

· 10,8% par accouchement vaginal assisté,

- par ventouse : 10,8%,

- par forceps : 10,7%,

· 9,7% par césarienne élective,

· 19,9% par césarienne d'urgence.

Sur la reprise des rapports sexuels :

· 78% des participantes ont repris les rapports sexuels dans les 3 mois qui suivent l'accouchement, 94% dans les 6 mois,

· 97% dans les 12 mois,

· 98% dans les 18 mois.

Sur l'incidence de la dyspareunie post-partum :

85,7% des participantes ayant repris les rapports sexuels dans les 12 mois suivant l'accouchement, déclarent éprouver de la douleur au cours du premier rapport sexuel vaginal après l'accouchement.

Au-delà, sur l'ensemble des rapports sexuels post-partum, la dyspareunie est rapportée par

· 44,7% des femmes dans les 3 mois qui suivent l'accouchement,

· 43,4% dans les 6 mois,

· 28,1% dans les 12 mois,

· 23,4% dans les 18 mois.

Quand la dyspareunie « s'installe » :

Parmi les femmes qui ont déclaré une dyspareunie à 6 mois post-partum, une femme sur 3 l'éprouve toujours dans les 18 mois post-partum.

Quel mode d'accouchement entraine le risque le plus élevé de dyspareunie ? Comparativement à l'accouchement vaginal spontané avec périnée intact ou épisiotomie, la césarienne d'urgence ou élective et l'extraction par ventouse sont associés avec un risque multiplié par 2 de dyspareunie à 18 mois post-partum, après ajustement pour l'âge de la mère et autres facteurs de confusion.

Y-a-t- il d'autres facteurs associés à la dyspareunie ?

La dyspareunie à 18 mois post-partum s'avère également associée à :

· La dyspareunie avant la grossesse,

· la violence conjugale (Ici, 16% des participantes déclarent un abus sexuel dans les 12 mois post-partum),

· la fatigue maternelle.

Deux conclusions s'imposent : Une meilleure connaissance de cette association entre dyspareunie et différents critères obstétriques, et la nécessité d'une vigilance sur le risque de violence conjugale, un facteur majeur de dyspareunie persistante.

Source: BJOG Janvier 2015 Communiqué Link found between pain during or after sexual intercourse and mode of delivery et 21 JAN 2015 DOI: 10.1111/1471-0528.13263 Dyspareunia and childbirth: a prospective cohort study (Visuel © didesign - Fotolia.com)

Autres actualités sur le même thème