Actualités

EXERCICE : Il fait souffrir 1 personne sur 5

Actualité publiée il y a 3 mois 3 semaines 2 jours
Orlando Health
Près d'un adulte sur 5 ressent de la douleur en pratiquant l'exercice et continue de s'entraîner plutôt que de se reposer ou de se faire traiter (Visuel Fotolia 195870522)

Cette enquête menée par une équipe de médecins du sport de Orlando Health Jewett Orthopedic Institute révèle que près d'un adulte sur 5 ressent de la douleur en pratiquant l'exercice et continue de s'entraîner plutôt que de se reposer ou de se faire traiter, pour guérir ou cicatriser. Les auteurs révèlent ainsi que des millions de personnes sont aux prises avec une blessure persistante ou une douleur chronique, liée au départ à l’exercice et rappellent que le traitement précoce de ces blessures permet en général de recourir à des options non chirurgicales efficaces.

 

18% des adultes ayant répondu à cette enquête déclarent ressentir souvent une douleur lors de leur entraînement et le même nombre de personnes (18%) poursuivent leur pratique à l’identique, indépendamment de la douleur ressentie. Cette équipe de médecins du sport et de chirurgiens orthopédistes rappelle ainsi que l'identification de la source de la douleur est la première étape pour se sentir mieux et qu’il existe aujourd’hui toute une gamme d'options avant de considérer la chirurgie.

Retarder le traitement aggrave les dommages et accroît le risque de recours à la chirurgie

Contestant le dicton « No pain, no gain » et à l’instar de précédentes équipes de recherche, les auteurs mettent tout particulièrement en garde contre la douleur aiguë et lancinante ressentie durant l’exercice. L’auteur principal, le dr George Eldayrie, médecin du sport à l’Institut orthopédique d’Orlando explique que « la douleur peut provenir d'un problème sous-jacent et ne pas la traiter peut aggraver le problème ».

 

Les options non chirurgicales incluent une thérapie physique pour étirer et renforcer des muscles et des tendons spécifiques. Des injections sous échographie, visant à réduire l'inflammation et à favoriser la cicatrisation peuvent également être envisagées, avec des corticostéroïdes ou du plasma enrichi en plaquettes. Ces experts restent très favorables à la « réadaptation » à condition de mettre en œuvre un plan de traitement axé sur la bonne zone et suivi par le « bon » thérapeute. Le plasma riche en plaquettes est également documenté comme très efficace pour les tendinopathies chroniques, comme le tennis elbow.  

 

Intervenir avant que la blessure ne progresse permet dans la majorité des cas d’éviter la chirurgie qui doit rester réservée aux réparations de blessures musculaires qui ne guérissent pas d'elles-mêmes. Et si le recours à la chirurgie est nécessaire, les auteurs concluent que « les progrès des procédures robotiques et laparoscopiques ont aujourd’hui rendu de nombreuses chirurgies moins invasives et la récupération est plus courte et plus facile que jamais ».

 

Bref, le message est bien de consulter en cas de blessure liée à l’exercice.

Autres actualités sur le même thème