Vous recherchez une actualité
Actualités

INFIRMIER(E) : Une image de la profession toujours trop réductrice dans les médias

Actualité publiée il y a 10 mois 17 min 29 sec
Journal of Nursing Scholarship et American Journal of Nursing
Les médias pourraient s’impliquer davantage pour apporter au public et aux usagers de santé un bilan plus juste des connaissances et des actes que les infirmières peuvent offrir

Ces études et ces entretiens menés par une équipe de l’Université George Washington révèlent que les journalistes de la santé ne comprennent toujours pas l’éventail des rôles des infirmier(e)s et que la profession ne les intéresse pas suffisamment. Des conclusions présentées dans deux revues, le Journal of Nursing Scholarship et l’American Journal of Nursing qui soulignent que les médias pourraient s’impliquer davantage pour apporter au public et aux usagers de santé un bilan plus juste des connaissances et des actes que les infirmières peuvent offrir. Enfin, cette image de la profession dans les médias semble n’avoir que peu évolué, selon ces études, durant les 20 dernières années.

 

Au départ, en 1997, une étude originale, la Woodhull Study avait apporté un premier bilan documenté sur le regard porté par les journalistes spécialisés dans la santé sur la profession, les infirmières et leurs expertises.

 

Cette nouvelle vague ou de la Woodhull study, sur les soins infirmiers et les médias révèle une représentation toujours réductrice des infirmières qui s’avèrent globalement sous-représentées comme sources d'information légitime, au sein de l'actualité de la santé, en dépit de niveaux croissants d'éducation et de compétences. Une étude connexe révèle même des préjugés liés à la proportion élevée de femmes dans la profession, un facteur qui semble contribuer à freiner les journalistes dans leurs démarches auprès d’infirmières comme sources d'informations dans le domaine de la santé, et en dépit de leur expérience et valeur ajoutée uniques susceptibles d'enrichir un reportage santé. « Ce manque d’évolution dans la représentation de la profession à la source des enquêtes et reportages sur la santé au cours de ces 20 dernières années est frappant », souligne Diana J. Mason, auteur principal de l’étude, infirmière diplômée et professeur au Centre de politique de santé et d’engagement des médias de l’Université.

 

Les infirmières ne sont identifiées comme source que dans 2% des articles sur la santé : l'étude Woodhull originale révélait que les infirmières étaient représentées dans moins de 4% des reportages sur la santé dans les principaux journaux imprimés, les hebdomadaires d'information et les publications spécialisées sur les soins de santé. Sur la base du même panel de publications que l'étude originale, l'équipe a examiné un échantillon de 365 articles sur la santé publiés en septembre 2017 et pris en compte le type et le sujet de l'article, la profession et le sexe des sources interrogées et le nombre de fois où les infirmières étaient référencées sans être citées. L’analyse révèle que les infirmières ne sont identifiées comme source que dans 2% des articles et mentionnées dans 13%.

 

« Si les journalistes n'interviewent pas les infirmières, ils risquent de rater la meilleure partie de l'histoire » : des entretiens téléphoniques individuels menés avec des journalistes santé afin de mieux comprendre les obstacles et les facilitateurs révèlent une tendance générale à la partialité, non seulement parmi les journalistes, mais aussi les rédacteurs en chef, les équipes en relations publiques et les organisations de soins de santé. Ainsi, les médecins restent les « vedettes » en tête des sources utilisées par les médias. Ici, cela apparaît comme partie de la culture des organes de presse et des médias. Un vrai problème, soulignent les auteurs, compte-tenu du rôle clé des journalistes et des médias dans la sensibilisation du public aux questions relatives à la santé et aux soins.

D’autres thèmes émergent comme une mauvaise connaissance et/ou compréhension des journalistes spécialisés en santé de l’éventail constamment élargi des rôles des infirmières.

 

Les chercheurs soulignent que les journalistes et les infirmières pourraient faire davantage, ensemble, pour que le public tire profit de ces connaissances et des perspectives uniques que les infirmières, au chevet des patients, peuvent fournir.

Autres actualités sur le même thème