Vous recherchez une actualité
Actualités

Journée mondiale du DON de SANG: En France, elle se prépare à accueillir les homosexuels

Actualité publiée il y a 9 années 3 mois 1 semaine
Santé publique

La France devrait suivre de près le Ministère de la santé britannique sur la levée de l’interdiction de longue date faite aux hommes ayant des rapports avec des hommes (HSH) de donner leur sang. En tous cas, c’est la promesse du nouveau Ministre français, Marisol Touraine.

En France, aujourd'hui encore, les HSH ne peuvent pas donner leur sang. Le comité national consultatif d'éthique et la HALDE ont confirmé en 2002 puis en 2006, qu'il ne s'agissait pas d'une discrimination mais de la sécurité des malades. L'institut de veille sanitaire (INVS) avait en effet estimé que le risque lié au don de sang aux hommes ayant eu un seul partenaire sexuel masculin dans les 12 derniers mois, de contamination par le VIH pourrait être multiplié par 4. L'InVS justifiait cette position par un risque d'exposition au VIH 200 fois plus élevé lors d'une relation sexuelle entre hommes que lors d'une relation hétérosexuelle ou d'une relation sexuelle entre femmes.


Cette promesse française suit de près la prise de position du ministère britannique qui, à la suite d'un récent rapport de l'Advisory Committee on the Safety of Blood, Tissues and Organs (SaBTO) avait déclaré devoir lever l'interdiction, une interdiction en vigueur depuis les années 80. Ce rapport a réactualisé l'ensemble des données épidémiologiques concernant les dons de sang, et leur évolution et suggère que compte-tenu de la conformité du comportement des donneurs avec les critères de sélection établis et des progrès réalisés dans les tests des dons de sang, il n'est plus justifié de maintenir l'interdiction.

Marisol Touraine a donc choisi la Journée mondiale du don du sang pour donner le sien et annoncer que les hommes homosexuels pourraient bientôt être donneurs. La Ministre a évoqué le risque comme seul facteur à prendre en compte et les mesures à prendre pour s'assurer, quel que soit le donneur d'ailleurs, de son absence. Elle reprend des intentions exprimées mais non appliquées des deux précédents ministres de la santé, Roselyne Bachelot et Xavier Bertrand.

Autres actualités sur le même thème