Vous recherchez une actualité
Actualités

MALNUTRITION : Obésité et dénutrition, comment faire face à la nouvelle réalité nutritionnelle

Actualité publiée il y a 10 mois 1 semaine 2 jours
The Lancet
Plus d'un pays à revenu faible ou intermédiaire sur 3 est confronté à ces 2 extrêmes de la malnutrition, dénutrition et obésité

Plus d'un pays à revenu faible ou intermédiaire sur 3 est confronté à ces 2 extrêmes de la malnutrition, qui reflètent les anomalies de nos systèmes et de nos régimes alimentaires. Ces chercheurs de l’Université de Caroline du Nord qui exposent l’ampleur du problème dans le Lancet, appellent simultanément à de nouvelles approches pour réduire ces 2 fardeaux, de plus en plus corrélés, avec les évolutions extrêmement rapides de nos systèmes alimentaires. 48 pays sur 126 (2010), en particulier en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Asie de l'Est et dans le Pacifique sont aujourd’hui fortement concernés par ce double fardeau bien paradoxal.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Une autre conséquence avec la dénutrition et l'obésité est que ces conditions impactent la santé des générations suivantes et doublement : la dénutrition et l'obésité maternelles sont associées à une mauvaise santé des enfants. Davantage d’adultes se retrouvent ainsi exposés « deux fois », en raison de l’héritage « épigénétique » de leurs parents et d’une exposition directe aux deux formes de malnutrition au cours de leur vie. Cette double exposition accroît encore les effets nocifs de cette nouvelle malnutrition sur la santé.

Nous devons faire face à une nouvelle réalité nutritionnelle

Les chercheurs ont analysé les données de milliers de personnes, issues d'enquêtes menées dans les pays à revenu faible et intermédiaire dans les années 1990 et 2010 pour estimer ce double fardeau de malnutrition. L'analyse montre en particulier que dans ces pays,

  • plus de 15% des personnes ont perdu du poids,
  • plus de 30% accusent un retard de croissance,
  • plus de 20% des femmes présentent un IMC insuffisant (<18)
  • plus de 20% des personnes sont en surpoids.
  • Ces résultats sont à mettre en regard de l’épidémiologie mondiale :
  • à l'échelle mondiale, près de 2,3 milliards d'enfants et d'adultes sont en surpoids ;
  • plus de 150 millions d'enfants souffrent d'un retard de croissance.

 

 

Le double fardeau des pays à revenu faible ou intermédiaire : dans ces pays, ces problèmes émergents se chevauchent au sein des familles, des communautés et du pays : ainsi, en 2010, 14 pays dont ceux ayant les revenus les plus faibles ont développé et développent encore ce double fardeau de malnutrition, (vs en 1990). Ainsi, la prévalence du surpoids a augmenté ces 20 dernières années dans les pays les plus pauvres, et dans ces mêmes pays, une grande partie de la population reste confrontée à la dénutrition et au retard de croissance.  

 

 

Quelles causes, quelles explications ?  Les pays les plus pauvres à revenu faible ou intermédiaire ont vécu ces 20 dernières années, une transformation rapide des régimes et des habitudes alimentaires et, simultanément des modes de déplacement, des activités et des loisirs. La disponibilité des aliments ultra-transformés a fortement augmenté et ces aliments constituent une cause majeure de prise de poids accrue, y compris chez les nourrissons (préparation) et les enfants d'âge préscolaire. La disparition des marchés de produits frais, la moindre disponibilité et la hausse des prix des aliments frais, l'augmentation du nombre de supermarchés et de fast foods,  le contrôle de la chaîne alimentaire par les entreprises mondiales de l'agroalimentaire et de la restauration sont également en cause dans l'émergence de cette nouvelle forme de malnutrition.

 

Quels effets ? En synthèse, on sait que l’exposition à la dénutrition au début de la vie, suivie d'une surcharge pondérale à partir de l'enfance augmente le risque de multiples maladies non transmissibles (diabète de type 2, hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral, et maladies cardiovasculaires). Et les effets néfastes peuvent se transmettre d'une génération à l'autre : par exemple, l'obésité maternelle accroît le risque d'obésité chez l'enfant et ce risque peut encore être exacerbé si la mère a souffert de sous-alimentation au début de sa vie.

 

Modifier les interventions de lutte contre la dénutrition : les actions mises en œuvre contre toutes les formes de malnutrition n'ont historiquement pas pris en compte ces facteurs ou d'autres facteurs clés, notamment la nutrition précoce, la qualité de l'alimentation, les facteurs socioéconomiques et les environnements alimentaires. Certains programmes même, cités par les auteurs, ont pu accroître involontairement les risques d'obésité et de malnutrition dans ces pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.

 

La première des interventions : redonner accès à une alimentation de qualité : c’est la manière la plus évidente -mais économiquement la plus complexe- pour réduire le risque de malnutrition sous toutes ses formes en favorisant notamment la croissance, le développement et l’immunité des enfants, et en prévenant l'obésité et les maladies non transmissibles tout au long de la vie.

  • Une alimentation saine typique est définie, rappelle les chercheurs, par une abondance et une diversité de fruits et légumes, de grains entiers, de fibres, de noix et de graines ; des quantités modestes d'aliments d'origine animale ; des quantités minimales de viandes transformées, d'aliments et de boissons riches en énergie, de sucres ajoutés, de graisses saturées, d’acides gras trans et de sel.
  • L’encouragement à et l’élargissement de la pratique d'allaitement maternel au cours des deux premières années de la vie de l’enfant pourrait aussi inverser la tendance ;
  • Le développement de services de santé dédiés à la lutte contre l'obésité et les maladies chroniques liées à l'alimentation.

 

 

Revoir toute notre chaine alimentaire : l'auteur principal, le Dr Francesco Branca, directeur du Département de la nutrition à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) expose la situation : « Nous ne pouvons plus caractériser les pays comme à faible revenu et sous-alimentés ou à revenu élevé et suralimentés. Toutes les formes de malnutrition ont un dénominateur commun, des systèmes alimentaires qui ne parviennent pas à fournir à tous des aliments sains abordables, sûrs et durables. Le changement devra passer par toutes les étapes des systèmes alimentaires, de la production, à la transformation, en passant par la distribution, la fixation des prix, l'étiquetage, la consommation et le traitement des déchets ».

 

L’objectif mondial reste d'éradiquer la faim et de prévenir la malnutrition sous toutes ses formes, rappelle également, dans un éditorial, le Dr Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet : « il est devenu clair que la nutrition et la malnutrition doivent être abordées sous tous les angles et qu’il reste un immense travail à faire pour comprendre leurs multiples manifestations ».

 

 

« La poursuite du statu quo n'est plus adaptée à la nouvelle réalité nutritionnelle. Cependant, il existe de nombreuses opportunités pour lutter contre différentes formes de malnutrition ». Les auteurs appellent les gouvernements, l'ONU, la société civile, les universitaires, les médias, les donateurs, le secteur privé et les organisations économiques à impliquer de nouveaux acteurs, comme les agriculteurs, les « défenseurs de la planète », les entreprises équitables et vertes, les maires des villes et les associations de consommateurs : « Cette nouvelle réalité nutritionnelle appelle une communauté élargie d'acteurs qui travaillent de manière renforcée et interconnectée à l'échelle mondiale. Sans une profonde transformation du système alimentaire, les coûts économiques, sociaux et environnementaux de l'inaction entraveront la santé des hommes et des sociétés pour les décennies à venir ».

Autres actualités sur le même thème