Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉLANOME: La protéine clé qui empêche le grain de beauté de dégénérer

Actualité publiée il y a 4 années 2 mois 1 semaine
Cancer Discovery

Cette recherche de la Penn (University of Pennsylvania School of Medicine) explique pourquoi et comment une petite excroissance de peau ou un grain de beauté va ou ne va pas se transformer en lésion cancéreuse. Si l’on sait, depuis des années, qu’une mutation dans le gène BRAF favorise le développement de cellules cancéreuses, l’étude présentée dans la revue Cancer Discovery, identifie une protéine suppresseur de tumeur, p15, qui agit finalement comme un frein puissant à la division cellulaire et donc au développement du cancer.

La mutation BRAF qui stimule la croissance initiale des cellules, stimule également la production d'une protéine suppresseur de tumeur, p15, qui agit finalement comme un frein puissant à la division cellulaire, explique l'auteur principal, le Pr Todd W. Ridky, professeur de dermatologie à Penn. C'est cette division cellulaire qui permet en fin de compte la transition d'un grain de beauté normal en mélanome. Lorsque ces cellules perdent l'effet « frein » induit par p15, elles commencent à se diviser et peuvent évoluer en cancer.


L'étude est ici basée sur une souris modèle de mélanome humain, ayant reçu une greffe de peau humaine comportant des excroissances de cellules lesquelles p15 a été retiré. Les chercheurs montrent que lorsque ces cellules présentent aussi des mutations de prédisposition, elles se transforment en cellules de mélanome.

Ces cellules, les mélanocytes -qui produisent de la mélanine et pigmentent la peau- peuvent soit donner lieu à des grains de beauté bénins soit à des mélanomes cancéreux. Cependant, la plupart du temps, cet amas de mélanocytes arrête de croître lorsqu'il a atteint quelques millimètres de diamètre.

p15, une protéine suppresseur de tumeur déterminante dans le développement du mélanome : Les chercheurs constatent en effet,

· des niveaux 140 fois plus élevés de p15 dans les mélanocytes des grains de beauté vs les mélanocytes de la peau normale.

· des niveaux de p15 beaucoup plus élevés également dans les mélanocytes des grains de beauté vs dans les mélanomes, où p15 est quasiment absente ou indétectable.

· Ces données suggèrent que p15 régule la division cellulaire de manière à conserver les cellules dans un état bénin, mais que la perte de p15 favorise leur la transition vers le mélanome.

· Là-dessus, une sur-activation du gène de prédisposition BRAF entraîne la production d'une molécule de signalisation appelée TGF-β, qui à son tour, induit la production de p15.

· Ces résultats contribuent également à expliquer, pourquoi, dans la majorité des cas, les grains de beauté cessent leur croissance et restent bénins.

p15, une cible prometteuse : p15 dont l'importance avait jusqu'ici été sous-estimée, au profit d'une autre protéine suppresseur de tumeur, p16, considérée comme le principal inhibiteur de la croissance cancéreuse. En fait, ces 2 suppresseurs de tumeurs travaillent ensemble pour garder un frein sur la prolifération cellulaire. Ce que l'étude montre ici c'est que l'ajout de p15 seule dans les cellules normales est suffisant pour stopper complètement la prolifération, alors que p16 semble juste la ralentir. p15 dont l'action va maintenant être décryptée dans d'autres cancers apparait ici comme une cible prometteuse dans le traitement du mélanome. Et à voir, dans le traitement d'autres cancers.

Source: Cancer Discovery July 16, 2015; doi: 10.1158/2159-8290.CD-15-0196 CDKN2B loss promotes progression from benign melanocytic nevus to melanoma (Visuels NIH)

Plus de 25 études sur le Mélanome

Autres actualités sur le même thème