Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MICROBIOTE et MÉTABOLISME : Gutsy fait le lien avec les maladies

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 2 jours
Nature Communications
Via l’analyse des métabolites du sang (métabolomique) il devient possible de déduire la composition du microbiote et donc une MICI ou encore une dysbiose ou le risque d'une maladie (Visuel Adobe Stock 77074234)

Si le lien peut sembler évident entre les bactéries intestinales et les métabolites, c’est toute la démonstration et le travail tintanesque de cette équipe de l’Université d'Uppsala qui présente ses recherches dans la reve Nature Communications : via l’analyse des métabolites du sang (métabolomique) il devient possible de déduire la composition du microbiote et donc une MICI ou encore une dysbiose ou le risque d'une maladie. La constitution d'une base de signatures métabolomiques de la composition du microbiote, permettra, à partir d'un simple prélèvement sanguin, de meilleurs diagnostics.

 

Des liens étroits entre les bactéries du microbiote et les métabolites sanguins, c’est la confirmation et la conclusion de cette l’analyse des d'échantillons fécaux et sanguins de 8.583 participants à l'étude suédoise SCAPIS (CArdioPulmonary bioImage).

Objectif : mieux comprendre l’influence du microbiote sur la santé humaine

De précédentes études nous ont appris que la grande communauté bactérienne de notre système digestif produit toute une variété de molécules, qui ont la capacité de pénétrer dans la circulation sanguine et d'avoir un impact sur notre santé, rappelle l’auteur principal, le Dr Tove Fall, professeur d'épidémiologie moléculaire à l’Université d'Uppsala.  

 

«  À l'inverse, des médicaments ou des composants alimentaires peuvent affecter la composition du microbiote avant d'entrer dans la circulation. Caractériser ces interactions permet d’avancer dans la compréhension des effets du microbiote intestinal sur la santé »

 

L'étude : les dernières techniques d’analyse permettent de caractériser les communautés bactériennes dans des échantillons biologiques, par séquençage de l’ADN des échantillons, puis en comparant les résultats aux séquences d'ADN de bactéries connues. Les progrès réalisés en chimie permettent aujourd’hui d’obtenir des « photographies » synthétiques des petites molécules présentes dans des échantillons de sang. L'étude SCAPIS a justement permis de constituer l’une des plus importantes bases rassemblant ces 2 types de données.

 

l’étude confirme que pour certains métabolites sanguins, les bactéries du microbiote constituent un déterminant fort et vice versa : les métabolites apportent aussi une signature relativement fidèle de la composition du microbiote, qui lui-même peut prédire la santé ou un certain nombre de maladies…

 

Les auteurs ayant choisi de mettre leurs données à disposition de la communauté scientifique, se profile ainsi, une grande base de données, Gutsy, qui rapproche les métabolites sanguins des résultats de santé médiés par les bactéries.

Plus sur le Blog Microbiote

Autres actualités sur le même thème