Vous recherchez une actualité
Actualités

NICOTINE : Velo moins toxique que la cigarette ?

Actualité publiée il y a 7 mois 5 jours 3 heures
Food and Chemical Toxicology
C’est un premier point sur la toxicité de substituts de dernière génération comme Velo, une mini-poche de nicotine à consommer en la glissant sous la lèvre supérieure (Visuel R&D British American Tobacco)

Ces tests, menés par BAT-Science, un consortium de recherche sur des substituts du tabac, financé par British American Tobacco (BAT), indiquent que de nouveaux produits modernes oraux (MOP) à base de nicotine suscitent des réactions de toxicité plus faibles que les cigarettes traditionnelles. Si ces résultats, à paraître dans la revue Food and Chemical Toxicology, ont une évidente visée stratégique et commerciale pour l’industrie du tabac ou assimilée, ils éclairent tout de même les risques associés aux substituts de dernière génération comme Velo, une mini-poche de nicotine à consommer en la glissant sous la lèvre supérieure.

 

L’innovation est scandinave au départ. Les consommateurs placent la mini-poche sous la lèvre supérieure, pendant 30 à 40 minutes, puis « rangent » la poche après utilisation dans un compartiment prévu à cet effet, dans le couvercle de la boîte. Pendant l'utilisation, de la nicotine et des arômes sont libérés et la nicotine est absorbée par la muqueuse buccale de la gencive. Il existe des MOP avec et sans tabac. Ici, l’équipe compare l’effet de Velo à une cigarette (de référence 1R6F) et à une poche de snus suédoise typique (de référence CRP1.1) via un test in vitro en laboratoire. Velo contient de la nicotine, de l'eau et d'autres ingrédients alimentaires dont des fibres d'eucalyptus et de pin, des arômes et des édulcorants. Velo ne contient pas de tabac. Cette étude in vitro conclut que ce type de substitut nicotinique moderne induit une toxicité plus faible que ses équivalents sous forme snus ou cigarette.  

Velo, un nouveau produit oral à base de nicotine

Velo, un substitut nicotinique « moderne » ?

Les tests in vitro sont réalisés sur des cultures de fibroblastes oraux humains et de cellules épithéliales pulmonaires humaines (H292) afin d’évaluer la viabilité, les marqueurs de santé cellulaire, le stress oxydatif et la génotoxicité. La cytotoxicité est mesurée par le système ToxTracker.

Si ces résultats restent discutables en particulier en raison du conflit d’intérêt et parce que l’on ignore à ce stade les composants précis des différents produits testés, il reste intéressant d’avoir un premier aperçu des effets attendus et inattendus de Velo :

  • dans chaque essai, Velo induit une toxicité réduite par rapport à CRP1.1 et 1R6F. Velo apparaît ici moins actif biologiquement que la fumée de cigarette et le snus, même à des concentrations plus élevées de nicotine, à travers toute une gamme de tests ;

 

Velo, le prochain substitut pour arrêter de fumer ? Au-delà, à travers la majorité des expériences réalisées, Velo n'a pas suscité de réponse biologique du tout, ce qui fait dire à ces experts de BAT que les MOP sont probablement moins risqués que les cigarettes traditionnelles et le snus pour les utilisateurs veulent changer de mode de consommation de nicotine. L’auteur principal, Emma Cheung déclare ainsi dans son communiqué, que les résultats s'ajoutaient au nombre croissant de preuves qui soutiennent l’intérêt de ces MOP comme substituts nicotiniques des produits plus traditionnels du tabac et notamment des cigarettes.

« Velo s’avère moins actif biologiquement que la fumée de cigarette dans certains tests, ce qui est très encourageant ».

 

Il s’agit bien de « réduire l'impact de l’entreprise BAT sur la santé en offrant un plus grand choix de produits aux consommateurs », écrivent les chercheurs qui mettent ici en avant les avantages de ces nouveaux MOP.

 

Les chercheurs rappellent que des décennies de recherche ont déjà démontré que le snus induisait un risque réduit de toxicité et de dépendance par rapport aux cigarettes traditionnelles.

 

 

Autres actualités sur le même thème