Actualités

PARKINSON : Épilepsie et perte d’audition, des marqueurs tout autant prédictifs de la maladie

Actualité publiée il y a 3 mois 3 jours 4 heures
JAMA Neurology
La perte auditive et l'épilepsie apparaissent parmi les premières caractéristiques de la maladie de Parkinson (Visuel Adobe Stock 83115873)

Ce sont de nouveaux signes précoces de la maladie de Parkinson découverts par cette équipe de la Queen Mary University of London et documentés dans le JAMA Neurology : la perte auditive et l'épilepsie apparaissent parmi les premières caractéristiques de la maladie de Parkinson, souligne l’étude britannique menée sur un groupe de population large et diversifié.

 

Cette analyse révèle qu’au-delà des autres symptômes mieux connus comme associés à la maladie de Parkinson, dont les tremblements et les troubles de la mémoire, l'épilepsie et la perte auditive constituent également des signes précoces de la maladie. Cette découverte a peut-être été permise par le large échantillon de patients pris en compte dans l’étude, issus de groupes minoritaires ou encore de groupes très démunis socialement, des types de patients habituellement sous-représentés dans les études scientifiques. Cette nouvelle méthodologie permet d’élargir ainsi le spectre des signes précoces de la maladie.

 

L'étude : il s’agit en effet d’une analyse des dossiers de santé électroniques de plus d’un million de personnes vivant dans l’est de Londres entre 1990 et 2018 à la recherche des premiers symptômes et des facteurs de risque de la maladie de Parkinson.

Certaines maladies, soulignent les chercheurs, dont l'hypertension et le diabète de type 2 sont connues comme associées à un risque accru de maladie de Parkinson. Or la prévalence de ces maladies peut être différente dans les groupes moins favorisés. Les chercheurs ont également observé une association plus forte entre les plaintes de mémoire au sein de ces groupes de population.

 

 « Il s'agit de la première étude portant sur la phase pré-diagnostique de la maladie de Parkinson au sein d’une population aussi diversifiée, avec une privation socio-économique élevée mais un accès universel aux soins de santé. C’est pourquoi cette étude nous a permis d’obtenir une image plus complète de la maladie », souligne l’auteur principal, le Dr Cristina Simonet, neurologue à l'Université Queen Mary.

  • L'épilepsie et la perte auditive sont ainsi identifiés comme des marqueurs prédictifs possibles de la maladie de Parkinson,

ce qui est en ligne avec de précédentes études relevant une prévalence plus élevée de ces 2 conditions chez les patients parkinsoniens.  

 

« Il est important que les praticiens de soins primaires aient connaissance de ces liens et comprennent à quel moment les symptômes de la maladie de Parkinson peuvent apparaître, afin de pouvoir poser un diagnostic en temps opportun et agir rapidement pour prendre en charge la maladie ».

 

Avec toujours le même principe : « Si nous sommes en mesure de diagnostiquer la maladie de Parkinson plus tôt, nous avons une réelle opportunité d'intervenir tôt et d'offrir des traitements qui vont considérablement améliorer la qualité de vie des patients ».

Autres actualités sur le même thème