Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉ-DIABÈTE: Perdre du poids pour retrouver sa testostérone

Actualité publiée il y a 7 années 7 mois 3 semaines
ENDO 2012

En surpoids ? Pré-diabétique ? La perte de poids peut non seulement permettre d’éviter le diabète mais aussi de retrouver des niveaux normaux de testostérone, conclut cette étude présentée début juillet à la 94e réunion annuelle de l'Endocrine Society à Houston. Meilleur équilibre alimentaire et exercice physique qui permettent de réduire de 50% cet effet collatéral du surpoids et du pré-diabète chez l’homme, sont donc à préférer aux traitements hormonaux, recommandent les auteurs.

« Les médecins devraient donc encourager les hommes en surpoids à perdre du poids, par un meilleur équilibre alimentaire et en faisant de l'exercice pour « récupérer » leurs niveaux normaux de testostérone avant de recourir à une thérapie hormonale », explique le Dr Frances Hayes, professeur à la Saint-Vincent University (Dublin), co-auteur de l'étude.


Son étude a impliqué 891 hommes pré-diabétiques, âgés en moyenne de 54 ans, qui participaient à un programme de prévention contre le diabète. L'étude montre que ces patients à risque élevé de diabète de type 2 pourraient non seulement, en perdant du poids, retarder ou éviter de développer un diabète mais lutter également contre la baisse des niveaux de testostérone, fréquemment liée au surpoids. Après exclusion de l'étude des patients avec diagnostic d'hypogonadisme ou sous un traitement pouvant interférer avec les résultats, les participants ont été assignés au hasard à recevoir l'un des trois traitements suivants, un changement de mode de vie (n=293 hommes), la metformine (n=305) ou un placebo (n= 293). Le changement de mode de vie comportait 150 minutes d'exercice par semaine et une réduction de l'apport calorique et en matières grasses.

Les résultats confirment la prévalence de faibles niveaux de testostérone chez les hommes en surpoids avec pré-diabète, soit un homme sur 4 au début de l'étude (<300 nanogrammes par décilitre). La modification de style de vie réduit cette prévalence de faibles taux de testostérone à 11% après un an, soit une diminution en valeur absolue de 46%. Cette prévalence de faible taux de testostérone reste inchangée dans le groupe metformine (24,8% vs 23,8%) et dans le groupe placebo (25,6 contre 24,6 pour cent).

Alors que les hommes du groupe « mode de vie » ont perdu, en moyenne 7,8 kg en 1 an, cette perte de poids s'est accompagnée d'une augmentation des niveaux de testostérone en corrélation avec la diminution du poids du corps et du tour de taille. « Perdre du poids, non seulement réduit le risque de diabète, mais augmente la production de testostérone ».

Source: The Endocrine Society ENDO 2012: The 94th Annual Meeting Overweight men can boost low testosterone levels by losing weight (Visuel © olly - Fotolia.com)

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Diabète et insulinothérapie : Tout savoir sur les types 1 et 2

Le diabète, une priorité de santé publique

Autres actualités sur le même thème