Actualités

PRÉDIABÈTE : Le risque de crise cardiaque reste sous-estimé

Actualité publiée il y a 4 mois 9 heures 42 min
AHA
Si l’on surveille moins la glycémie chez les jeunes, pourtant, lorsqu’elle est supérieure à la normale ce qui signale une prédiabète, le risque d’hospitalisation pour une crise cardiaque est plus élevé (Visuel Adobe Stock 440536164)

Si l’on surveille moins la glycémie chez les jeunes, pourtant, lorsqu’elle est supérieure à la normale ce qui signale une prédiabète, le risque d’hospitalisation pour une crise cardiaque est plus élevé, conclut cette recherche préliminaire présentée à la session scientifique Quality of Care and Outcomes Research de l’American Heart Association’s (AHA). Une réunion axée sur la qualité des soins médicaux cardiovasculaires dans le traitement et la prévention des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux, qui engage ici les jeunes adultes à faire des bilans de santé réguliers, dont la mesure de la glycémie.

 

Le prédiabète signifie que la glycémie est supérieure à la normale, avec une glycémie à jeun comprise entre 100 et 125 mg/dL. Si ce niveau n’est pas suffisamment élevé pour poser le diagnostic de diabète de type 2, il évoque un prédiabète qui accroît le risque de développer ensuite un diabète de type 2. Selon les National Institutes of Health (NIH), environ 88 millions d'adultes aux États-Unis, âgés de 18 ans ou plus, souffrent de prédiabète. « S’il n’est pas traité, le prédiabète peut avoir un impact significatif sur la santé et peut évoluer vers le diabète de type 2, une maladie connue pour augmenter le risque de maladie cardiovasculaire », rappelle l’auteur principal, le Dr Akhil Jain, médecin résident au Mercy Catholic Medical Center (Darby, Pennsylvanie).

L’incidence des crises cardiaques augmente chez les jeunes adultes

L’équipe a donc souhaité redéfinir les facteurs de risque pertinents pour ce groupe de population plus jeune, afin d’apporter les données nécessaires pour revoir les directives scientifiques et les politiques de santé portant sur la prévention des risques de maladies cardiovasculaires.

 

L’étude : l’analyse des dossiers de santé des patients de la base nationale des hospitalisations, révèle que :

 

  • sur plus de 7,8 millions de jeunes adultes hospitalisés pour une crise cardiaque en 2018, plus de 31.000, soit 0,4 %, avaient une glycémie indiquant un prédiabète ;
  • parmi ces patients atteints de prédiabète, l'incidence des crises cardiaques s’élève à 2,15 % vs 0,3 % chez les jeunes adultes ayant une glycémie normale ;
  • les adultes prédiabétique sont plus susceptibles que leurs pairs sans prédiabète de présenter un taux de cholestérol élevé (68,1 % vs 47,3 %) et une obésité (48,9 % vs 25,7 %).
  • les adultes atteints de prédiabète hospitalisés pour crise cardiaque sont plus susceptibles d’appartenir à une minorité ethnique ;
  • les adultes atteints de prédiabète hospitalisés pour crise cardiaque sont plus susceptibles d'avoir un revenu familial plus élevé et d'être hospitalisés dans des hôpitaux universitaires urbains.
  • les jeunes adultes atteints de prédiabète encourent 1,7 fois plus de risque d'être hospitalisés pour une crise cardiaque
  • En dépit de ce risque accru de crise cardiaque, chez les jeunes adultes atteints de prédiabète l'incidence des autres événements cardiovasculaires indésirables majeurs, tels qu'un arrêt cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC) n’est pas plus élevée.

 

Un prédiabète peut être inversé. Bon nombre des mesures de prévention du prédiabète et du diabète sont les mêmes mesures que pour prévenir les maladies cardiaques.

Lorsque la glycémie répond aux critères du prédiabète, c'est un signal d'alarme pour agir : des changements de mode de vie sont alors urgents et essentiels pour améliorer la glycémie, inverser le prédiabète et prévenir le diabète de type 2.

 

D’autres recherches devront être menées afin d'établir clairement le fardeau des maladies cardiaques chez les jeunes adultes atteints de prédiabète, mais il est d’ores et déjà essentiel de sensibiliser les jeunes adultes à la l'importance des bilans de santé de routine, dont le dépistage du prédiabète.

Autres actualités sur le même thème