Vous recherchez une actualité
Actualités

QUALITÉ de l'AIR INTÉRIEUR : Le livre blanc qui s'attaque aux moisissures du logement

Actualité publiée il y a 8 années 2 semaines 2 jours
Collectif Allergies respiratoires

Il alerte sur le risque fongique, ce Livre blanc, coordonné par la Fédération Française des Tuiles et Briques (FFTB) et le GIE Briques de France et constitué des contributions de l’ensemble des acteurs investis dans le champ de la qualité de l’air intérieur : politiques, personnalités du monde médical, du bâtiment, ainsi que de la société civile. Nous passons nous passons plus de 80% de notre temps dans des espaces clos, logements, bureaux, il est donc primordial de prévenir au mieux les risques sanitaires posés par la détérioration de la qualité de l’air intérieur dont le développement des moisissures dans les logements. C’est donc un appel, d’experts investis, aux Pouvoirs publics mais aussi aux industriels pour une attention toute particulière au respect des réglementations mais aussi de la santé respiratoire de chacun.

40 % des logements en France sont contaminés par les champignons et moisissures, selon une étude de l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur qui sont l'une des causes principales de la pollution intérieure et favorisent de nombreuses pathologies, principalement respiratoires. Une récente enquête de l'UFC-Que Choisir menée dans les immeubles fraîchement réhabilités de l'Assemblée nationale, a révélé la présence de milliers de substances chimiques potentiellement polluantes dans les sols, les meubles et jusque dans les désodorisants et les produits nettoyants, utilisés quotidiennement pour l'entretien, rappelle le parlementaire Gérard Bapt, Président du Groupe d'études Santé Environnementale à l'Assemblée.


Les moisissures, un fort potentiel allergénique: Le Professeur Frédéric de Blay, Unité de Pneumologie, d'Allergologie et de Pathologie Respiratoire au CHU de Strasbourg rappelle que 30% des Français sont allergiques et décrit le rôle délétère des moisissures sur la santé respiratoire à la fois en raison de leur potentiel allergénique mais aussi par les substances pro-inflammatoires non spécifiques qu'elles peuvent libérer. Une métaanalyse récente montre une augmentation du risque de sifflement, de toux et d'asthme en relation avec l'exposition à l'humidité et aux moisissures. Les moisissures sont également impliquées dans le développement de la rhinite allergique et d'autres maladies respiratoires allergiques : Des moisissures telles qu'alternaria et cladosporium favorisent l'apparition d'anticorps de l'allergie (IgE chez l'homme). Par ailleurs, il existe un lien entre la présence d'IgE et les symptômes de toux et d'asthme avec un risque d'asthme multiplié par 3 chez les enfants de 6 ans et par 5 à l'âge de 11 ans.

Objectifs et mesures : Le premier objectif est de faire toute la transparence sur l'origine des émissions polluantes, soulignent les auteurs. Si le Grenelle de l'Environnement a prévu l'étiquetage des produits contenant des polluants, les usagers tout comme les institutions et les politiques, doivent rester vigilants quant aux contournements possibles de la part des industriels. Différentes mesures ont été prévues dans 2ème Plan National Santé Environnement (PNSE) qui couvre la période 2009 - 2013 et qui prévoit de “mieux connaître les déterminants de la QAI (Qualité de l'Air intérieur)”, en donnant des signaux forts à l'ensemble du marché. Des polluants ont été identifiés par l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur, dont certains sont officiellement classés dangereux au niveau Européen (Règlement REACH, Directives Européennes,…) et pour lesquels l'AFSSET (ou l'OMS) a défini des seuils sanitaires ou des Valeurs Guide de la Qualité de l'Air Intérieur. Mais il s'agit encore de vérifier le caractère opérationnel de ces dispositions.

Des mesures fiscales encourageant une isolation de l'habitat excluant tout risque de confinement, ont également été adoptées.

Mais alors que certains progrès ont été obtenus ces dernières années sur la qualité de l'air extérieur avec des baisses spectaculaires pour le dioxyde de soufre et le plomb, par exemple, les auteurs de ce Livre blanc, appellent à des progrès similaires sur le front de la qualité

de l'air intérieur. Il en va de la santé de chacun d'entre nous.

Autres actualités sur le même thème